Thierry Jousse – « Dictionnaire enchanté de la musique au cinéma. A – F »

Depuis un hors-série mythique des Cahiers du cinéma consacré à la musique de film, on sait que Thierry Jousse est l’un des meilleurs spécialistes du sujet et ce ne sont pas ses émissions à la radio ni ses beaux sujets concoctés pour l’indispensable émission Blow-Up qui permettront de nous contredire.

« Aux lectrices et lecteurs qui découvrent la musique de film, je souhaite donc de faire de belles découvertes. Quant aux autres, les érudits, les spécialistes, les passionnés, j’espère qu’ils glaneront quelques informations ici ou là et qu’ils prendront plaisir à débattre autour de ce premier volume et, le cas échéant, avec son auteur. »

En guise d’avant-propos, Thierry Jousse fixe les ambitions de son ouvrage : non pas une somme savante qui lui permettrait de graver dans le marbre les grands moments de la musique au cinéma et d’établir des hiérarchies immuables mais, au contraire, une manière de flâner subjectivement dans cette histoire musicale en nous proposant des coups de cœur et des attachements purement subjectifs. Un dictionnaire à la première personne, en quelque sorte, qui n’empêche aucunement l’érudition (assez impressionnante) mais qui conserve toujours la véritable humilité de celui qui désire faire partager une passion sans pour autant asséner des vérités toutes faites. Pour quelqu’un qui n’est en aucun cas un spécialiste de la musique comme votre serviteur, cette modestie se révèle très plaisante dans la mesure où l’ouvrage est à la fois accessible et qu’il donne envie de se plonger illico dans certaines B.O analysées.

Thierry Jousse procède un peu à la manière de ses pastilles pour Blow-Up : une approche par réalisateurs (de Woody Allen à William Friedkin en passant par les deux Anderson, Altman, Blier – ce qui m’a évidemment intéressé !-, Bergman, Coppola, Denis, Fincher ou Forman), par compositeurs (Desplat, Delerue, Duhamel, Cosma, Barry, Elfman…) voire parfois par acteurs-chanteurs (Astaire, Julie Andrews, Bowie, Dylan…) ou par films (L’Affaire Thomas Crown, Bullitt, Diamants sur canapé : « C’est bien simple : si la BO de Diamants sur canapé était un pays, c’est définitivement là que j’aimerais habiter. Comme une idée du paradis sur terre. Tout simplement. » – nous aussi, cher Thierry, nous aussi !). On flâne parmi tous ces noms connus ou moins avec grand plaisir tant l’approche est sensible et amoureuse, ce qui n’exclut pas pour autant des analyses un peu plus poussées et techniques (ou comment la musique peut accentuer par contrepoint ou illustration certaines thématiques et atmosphères dans les œuvres).

Comme l’auteur nous invite également au débat sur ses choix, on s’interroge sur certaines absences, comme celle de Cronenberg ou d’Angelo Badalamenti mais on imagine très bien qu’ils apparaîtront dans les volumes suivants dans les entrées consacrées à Howard Shore et à David Lynch. Car là était le risque de ce projet hétéroclite : celui de la redondance que Thierry Jousse parvient pour le moment à éviter parfaitement. Mais est-ce à dire qu’aucune notice ne sera consacrée à Henry Mancini puisque sa collaboration avec Blake Edwards est déjà assez largement évoquée entre les deux entrées « Julie Andrews » et « Couples » ? Pour le moment, une seule « exclusion » m’a frappé : Brian de Palma puisque ni lui, ni Pino Donaggio n’ont droit à une notice. Mais encore une fois, ce Dictionnaire enchanté de la musique au cinéma ne vise pas à l’exhaustivité et ne prétend jamais faire le tour de la question. Comme souvent dans les publications éditées chez Marest, c’est l’articulation entre l’approche « scientifique » du septième art et la subjectivité des auteurs qui séduit et fait l’intérêt du projet. Thierry Jousse nous invite à la flânerie, à la découverte (j’avoue avoir ajouté quelques morceaux loués dans ma « playlist »), à la rêverie (revoir l’histoire du cinéma à l’aune des compositions musicales) avant une suite que l’on attend désormais avec grande impatience.

***

Dictionnaire enchanté de la musique au cinéma. Volume 1 : A – F (2022) de Thierry Jousse (Marest Editeur, 2022)

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Vincent ROUSSEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.