Quatrième long-métrage de la réalisatrice et productrice Sara Dosa (lauréate d’un Peabody Award et nommée aux Emmy et Indie Spirit Awards), Fire of Love s’impose comme un nouveau témoignage de la fascination de son auteure pour le rapport entre l’Homme et la nature (déjà perceptible dans ses précédentes réalisations telles The Seer & The Unseen portant sur un homme communiquant avec les esprits de la terre islandaise), cette fois-ci à travers l’histoire d’un couple de volcanologues, Maurice et Katia Krafft.

Durant deux décennies, les époux Krafft ont consacré leur existence à l’étude des volcans actifs, les explorant souvent au mépris des règles officielles de sécurité, et ont ainsi pu fournir au monde une oeuvre foisonnante (livres, échantillons de roche, conférences, interviews, programmes de vulgarisation…) jusqu’à leur dernière expédition au cours de laquelle ils ont trouvé la mort. 

Constitué en majorité d’archives filmées et photographiées par les Krafft eux-mêmes, présentant notamment de saisissantes images de volcans en éruption, de lave et de cendres grises aux effets dévastateurs, ainsi que d’interviews réalisées au cours des années 1970-1980, Fire of Love frappe en premier lieu par son pouvoir immersif – ce contenu superbement numérisé datant exclusivement des années 1973 à 1991, année de l’ultime expédition du couple – et la qualité des informations qu’il véhicule, mais également par son propos véritable, le but premier de Sara Dosa n’étant pas de réaliser un plaidoyer écologiste ou un film sur les volcans mais avant tout une prodigieuse histoire d’amour.

 

Copyright Courtesy of Sundance Institute.

 

Une voix-off (celle de Miranda July) s’ajoute en effet au montage des archives afin de narrer plus en détail – mais en privilégiant toujours judicieusement l’interrogation à l’affirmation – l’histoire de Katia et Maurice Krafft, de leur rencontre (dont existent plusieurs récits contradictoires) à leur mort en passant par leur passion commune pour les volcans, ciment de leur union et moteur de leur vie. Fire of Love brosse ainsi le portrait éperdu d’admiration d’un couple hors-normes ayant vécu dans la plus (littéralement) brûlante des passions ainsi que dans une quête perpétuelle de dépassement de soi et la soif de résoudre un mystère plus grand que l’Homme, faisant fi de toutes les règles susceptibles d’entraver sa liberté. Récit incroyablement poétique, subtil et sensible d’un amour synonyme de mystère, de puissance et d’éternité, Fire of Love en arrive à s’apparenter davantage à un grand mélodrame qu’à un documentaire : l’on y découvre en effet le mystère de deux amants unis par un amour qu’eux seuls peuvent comprendre, au point de se retrouver seuls au monde et de n’y prêter aucune importance, préférant vivre leur passion jusqu’à la mort mais sans rien regretter !

Poétique et subtil, Fire of Love est le récit d’une grande histoire d’amour, de celles qui transcendent l’existence et emportent ceux qui ont la chance de la vivre au-delà du réel et au coeur de l’Éternité. 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Alexandre LEBRAC

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.