mvr-exposition-visages-de-l-effroi-500

« Visages de l’Effroi » – Musée de la Vie Romantique

Il vous reste quelques jours pour découvrir à Paris, si ce n’est déjà fait, l’exposition que le Musée de la vie romantique consacre aux représentations romantiques de la peur et de la violence, soit cent trente œuvres réunies dans les étroits locaux du musée sous le beau titre de Visages de l’effroi (écho direct, l’affiche représente le visage aux yeux écarquillés et fous de la fiancée de Lammermoor, telle que représentée par Émile Signol en 1850). Le 29 février, les œuvres partiront au Musée de La Roche-sur-Yon où elles seront visibles du 19 mars au 19 juin 2016.

EFFROI_3176456635611475197

Venant après Mélancolie (2005), Crime et châtiment (2010) et dans une moindre mesure L’Ange du bizarre (2013), trois grands moments pour les amateurs d’étrangeté dix-neuviémiste, ces Visages de l’effroi pourront paraître mineurs, faisant la part belle à des artistes français de la première moitié du xixe siècle, pour beaucoup négligés : Huguenin, Hennequin, Signol donc, Boulanger, Vafflard dont le lugubre Young et sa fille domine l’une des trois salles de l’exposition et quelques autres.

Édouard Young enterrant sa fille à Montpellier

Édouard Young enterrant sa fille à Montpellier

Mais l’exposition (qui n’oublie pas complètement l’ancien maître des lieux, Ary Scheffer), trace de fins liens avec la littérature pré-romantique et gothique, berceau du fantastique européen. Le grand frémissement noir qui s’empara de la France et de l’Europe à la suite de Mary Shelley, de Hoffmann ou de Nodier, dès les années 1820, nourri de violences ordinaires ou historiques, via la Révolution française, d’enfers poétiques, via Dante, de tragédies assassines, via Shakespeare ou Scott, et de rêveries mythologiques parfois factices (via notamment Ossian) trouve en ces artistes de fidèles sismographes. Morbide illustration, la Tête de Giuseppe Fieschi après son exécution, de Lépaulle (l’exposition présente aussi le tableau de Fourau sur le même sujet), fut longtemps accolée à un coffret de verre contenant «une vertèbre coupée du supplicié… et des documents relatifs à son exécution.» La confrontation de ces reliques et reliquaires, presque immédiate dans l’espace du musée, aux très belles études de membres de Géricault (où les membres coupés côtoient la puissante main gauche de l’artiste), redonne simultanément chair et distance à ces conflits.

CS41wkgWIAAWDZm

Le catalogue dépasse, comme il est coutume désormais, sa fonction première ; proposant une exploration approfondie et savante des abîmes évoqués par les œuvres, convoquant littérature et faits divers, il trouvera sa place chez tous les amateurs d’histoire des arts.

A découvrir jusqu’au 28 février au Musée de la Vie Romantique.

A propos de Anne-Sylvie Homassel

Laisser un commentaire