obsessions

Entre 1978 et 1986, Jean-Pierre Bouyxou rédige et tient quasiment seul les rênes des 30 numéros de sa magnifique revue Fascination. Au sommaire de cette publication sous-titrée « le musée secret de l’érotisme », des articles consacrés à la littérature de « second rayon », au cinéma, à la bande dessinée, à la chansonnette grivoise, au music-hall, à l’art pompier … Le tout lié par une dilection certaine pour l’insolite, le bizarre, le surréalisme, le hors-norme et l’érotisme.

Quel rapport, me direz-vous, entre cette revue malheureusement bien oubliée et ce recueil de cent trente-deux chroniques concoctées par Christophe Bier pour l’émission Mauvais genre diffusée sur les ondes de France-Culture ? Tout d’abord, une même communauté d’esprit se caractérisant par une érudition sans faille et une inextinguible curiosité. Ce n’est d’ailleurs sans doute pas un hasard si l’auteur consacre deux chroniques à Jean-Pierre Bouyxou, honoré pour sa « carte blanche » à la Cinémathèque française et pour ses romans publiés sous les bannières du Bébé noir et de La Brigandine.

Ensuite, parce que le mot « fascination » est sans doute celui qui caractérise le mieux la teneur de cet ouvrage. Fascination d’un auteur pour qui rien de ce qui touche au bizarre, à l’insolite n’est étranger et qui sait partager ses passions avec un enthousiasme communicatif. Fascination qui le pousse sans arrêt à prendre son bâton de pèlerin et à nous guider au cœur de la jungle des territoires les plus malfamés de la culture populaire. Le lecteur émerveillé fera ainsi connaissance avec les mercenaires les plus roublards de la « littérature de gare » (de Roger Dermée à Gérard de Villiers en passant par André Guerber et des auteurs à redécouvrir comme George Maxwell ou Claude Ferny…) et découvrira les riches heures de la BD pour adultes, du cinéma bis et pornographique. Il se prendra également de passion pour les comédiens les plus excentriques, quelques starlettes oubliées et d’attachants « monstres ». Le tout narré avec beaucoup d’humour (mais sans le moindre soupçon de cet insupportable second degré qui caractérise parfois les amateurs de culture déviante) et un savoir encyclopédique tout simplement stupéfiant.

Il y a un certain dandysme chez Christophe Bier à constamment préférer les chemins de traverse aux sentiers balisés de la consommation culturelle. Et c’est ainsi que notre chroniqueur en goguette à Blois boudera « le château royal, livré aux boitiers numériques des touristes en short » pour se réfugier à la Maison de la Magie et y découvrir une exposition consacrée à … Garcimore. Ou qu’il fera un vibrant éloge de La Fiancée des bouchers d’Eve Arkadine, roman pornographique publié par les éditions Média 1000, « autant dire le cloaque de l’édition de poche, refuge des mercenaires payés au forfait. », injustement méprisé et ignoré à l’inverse d’un best-seller comme Le Boucher d’Alina Reyes ayant eu les honneurs des grandes maisons d’édition.

Mais ce dandysme n’a rien d’une pose arrogante ou méprisante : qu’il s’agisse de chroniquer un livre, un film, une exposition ou de faire la nécrologie d’une personnalité disparue, il se dégage toujours de ces courts textes un amour profond et sincère pour une certaine culture populaire allant de Jean-Pierre Mocky à la strip-teaseuse Rita Renoir en passant par les seconds rôles de la « comédie désolante » française (Sim, Dufilho, Darry Cowl…) ou d’improbables séries Z horrifiques.

Outre cette « fascination » qui suppure de chacune des phrases somptueusement ciselées par Christophe Bier (soulignons que notre auteur est un magnifique styliste), Obsessions est également un cri d’amour pour tout ce qui relève de l’excentricité et qui s’oppose, par définition, à la norme, au conformisme mou, à cette culture chloroformée par les exigences publicitaires et le marché de masse que nous assène chaque jour, entre autres, le petit écran. La plume de l’auteur se fait parfois plus polémique lorsqu’il s’agit de fustiger avec brio une censure archaïque ou la disparition des seconds rôles dans le cinéma français :

« Allons, Cinéma français, réveille-toi ! Débarrasse-toi des directeurs de castings, des fils et filles de, des animateurs TV promus stars, tourne le dos à la ploutocratie des César, cette grande famille d’argentiers. Ecoute le hurlement salutaire de Regourd, trop poli pour commettre un pamphlet mais assez lucide pour mettre à vif les métastases du cinéma français. »

Dans le même ordre d’idée, Bier rend un bel hommage à la comédienne Marilyn Chambers et, en s’appuyant sur ses deux grands films (Derrière la porte verte et Rage), se livre à une brillante mise en garde :

« Deux références clés du cinéma des années 70 qui nous rappellent à quel point film d’horreur et porno sont parfois les lieux d’un imaginaire dérangeant. Ceux qui veulent toujours légiférer le sexe et la violence sont nos ennemis. Restons vigilants, car dans un avenir proche, plus terrifiant encore que le Montréal de Cronenberg, cadenassant toutes les portes vertes de l’inconscient, nos villes expurgées ne seront plus tapissées que par les portraits indécents de jeunes mères brandissant leur bébé comme l’expression ultime du bonheur. »

Il ne vous reste plus qu’à vous laisser prendre par la main et suivre ce brillant guide qu’est Christophe Bier, défricheur infatigable promenant son œil expert et amusé sur ces lieux propices à l’imagination la plus débridée, sur ces territoires où règne la toute-puissance du fantasme et de la fiction.

Nous sommes prêts à parier que vous n’échapperez pas au pouvoir de séduction et de fascination exercé par ce livre…

***

Obsessions

Christophe Bier

Editions Le Dilettante, 2017

ISBN : 978-2-84263-910-5

254 pages, 19.50€

Parution le 5 avril 2017

A propos de Vincent ROUSSEL

Laisser un commentaire