"Propaganda", Cie Acrobat – Théâtre de la Cité Internationale

Ce soir, le plateau de la Coupole a des airs de brocante. Comme à la maison, Jo-Ann Lancaster, Simon Yates et leurs deux enfants Grover et Fidel s’occupent tranquillement des derniers préparatifs, ce qui laisse au public le temps de méditer sur la voilure qui trône en fond de scène : une grande étoile verte pour promouvoir l’écologie et un mode de vie alternatif. Une fois la bordure de plantes vertes arrosée, “Propaganda” peut commencer.Reprenant tous les codes d’un meeting révolutionnaire, des uniformes de toile brune aux chants populaires, sans oublier les haut-parleurs à l’ancienne ni la distribution de tracts finale, cette famille circassienne venue d’Australie nous propose un manifeste ultra-sensé à la forme ludique et grinçante. Poussés par une force tragi-comique, les Lancaster-Yates dénoncent, prônent et critiquent, à travers des tableaux pointus, limpides, saisissants et drôles.

Les portés acrobatiques montrent l’incommunicabilité, le trapèze et les pirouettes font un sort au conformisme, le fil souple tord le cou du consumérisme, la corde lisse, celui de la pollution, et la catapulte se met en travers du ronronnement métro-boulot-dodo. Ces thématiques graves, décuplées par un symbolisme pointilleux dans chaque détail du spectacle, rencontrent un idéalisme tout aussi fervent dans la volonté de construire un monde meilleur. C’est d’ailleurs pour cela qu’on les verra souvent se déshabiller, dans un culte du corps libéré de toutes contraintes figuratives ou concrètes, et c’est aussi ce qui semble motiver le choix de créatures imaginaires (sirène et ange) pour illustrer avec contraste cette rupture sociétale.

Chaplin et “Les Temps Modernes” ne sont pas loin, dans deux tableaux particulièrement frappants : Jo-Ann en ménagère nue sous son tablier (ce qui occasionnera une astuce de répétition assez irrésistible) sert impassiblement à son mari affamé une salade composée de pièces et billets, puis un petit déjeuner expéditif pris sur le fil, agrès qui se déroulera jusqu’au bureau dans une trajectoire toute tracée et abrutissante. La finesse y côtoie de grosses ficelles qui, du clown farceur au pion encerclé, seront propices aux débats en famille après le spectacle ou tout simplement à l’éveil collectif.

 

A voir au Théâtre de la Cité Internationale jusqu’au 15 aoûtPropaganda Compagnie Acrobat Théâtre de la Cité Internationale
(c) Ponch Hawkes

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.