Colas Gutman – "Les super-héros n’ont pas le vertige" (9-12 ans)

L’humour dans la littérature jeunesse tombe parfois à plat. Clins d’œil et ironies d’adultes peuvent en effet laisser de marbre les petits lecteurs qui n’aiment pas non plus avoir l’impression que l’auteur essaie de se mettre à leur niveau. Pour trouver le ton juste en évitant ces ornières, Colas Gutman puise dans les idées loufoques ou l’absurde et fait rire petits et grands. L’auteur de “Rex, ma tortue” (livre illustré pour les 7-10 ans parlant d’un petit garçon à qui l’on offre une tortue au lieu du chien souhaité, et qui décide de la dresser comme tel) explique qu’il essaie avant tout de se faire rire lui-même, “par honnêteté et par jeu, après on voit”.C’est l’histoire de Maurice Ackerman, alias Super-Ackerman, élève de CM2 doté de pouvoirs surnaturels. Son fluide de super-héros, inspiré par une vive imagination, est constamment sollicité afin de venir en aide à son camarade Jupiter, menacé au quotidien par quatre compères : le gros, la brute, le débile et Plasticman, le super-ennemi en chef de Super-Ackerman qui a une tête de Lego. Comme tous les super-héros, Super-Ackerman a son talon d’Achille, la belle Juliette Baccara. En sa présence, Super-Ackerman perd tous ses pouvoirs et redevient Momo, dans une version liquéfiée qui le fait étrangement ressembler à sa vieille voisine, Madame Polenta.

A première vue, rien d’extraordinaire dans les faits qui se déroulent entre l’école et la maison, comme toutes les journées des “petites fourmis” surveillées en alternance par les “buveurs de café” dans la cour de récréation et des parents fatigués mais bienveillants à domicile. La pédagogie se fait discrète dans les pages de cet auteur qui porte un regard malicieux sur le monde, sincérité et bonne humeur à l’appui. L’humour, donc, s’y taille la part belle grâce à des expressions imagées et un élan dramatique sans retenue. A noter également, la tendre complicité des rapports fraternels entre Momo et “l’Autre”, sa petite sœur qui se prend, elle, pour une sorcière : “Je mets dix-sept minutes pour me rendre à l’école. Accompagné de l’Autre, je mets cinq minutes de plus parce qu’elle essaie d’hypnotiser les pigeons qu’elle croise en chemin.”

Paru à l’école des loisirs.

Dans la même collection “Neuf” sur Culturopoing :
“Babyfaces” – Marie Desplechin
“Le cimetière des livres venimeux” – Nils Ahl

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Sarah DESPOISSE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.