Place Victor Hugo, dans le chic et morne 16ème arrondissement de Paris. Le théâtre de la vie quotidienne de ses passants se joue dans les limites d’un cadre de kiosque à journaux.

Dix ans de formation artistique ne débouchant a priori que sur un avenir incertain, Alexandra Pianelli vient en aide à sa mère qui tient le kiosque familial. L’artiste reconvertie use des moyens du bord, avec l’impulsion créatrice digne de sa nature de plasticienne. Images de crise. Le téléphone tremblant, la Go-Pro absorbant les mouvements organiques et désordonnés d’un corps cloîtré, et leur résolution contrainte donnent au film une esthétique modeste et bricolée, presque improvisée. L’histoire s’écrit au fur et à mesure de ces instants capturés sur cette économie de pixels, sans réelles préméditations. Ce récit prend instinctivement la forme d’un journal filmé dont les foules de papiers glacés égayent le coin de rue privé de couleurs. Les six années enregistrées sur différents supports, lissées, reliées par un montage moins factuel qu’émotionnel, semblent aller à toute vitesse. Entre les images mouvantes, se glissent des dessins, mais surtout des maquettes animées qui permettent de livrer des informations essentielles sur le secteur de la presse écrite et de la vente de journaux.

Copyright Les Alchimistes

De son nouvel atelier, la réalisatrice montre l’enfermement et la fenêtre sur le monde, un petit monde composé de visages familiers et d’autres plus opportuns. C’est un huis clos à l’air libre où la lente agonie du papier côtoie la chaleur des clients. Le froid de l’hiver, la pluie, les fumées lacrymogènes des manifestations pénètrent cet espace si fragile. En même temps qu’elle filme un métier qui disparaît, et l’élaboration de son témoignage, Pianelli flirte sans pudeur avec le sociologique. On apprendra, sans grande surprise mais avec amusement, que les fourrures-sacs à mains cherchent le dernier Voici, et que les cravates serrées optent plutôt pour Les Échos ou Le Figaro.

Grâce à son désir d’être film et à ses histoires intimes, Le kiosque brave avec ingéniosité ses limites matérielles, tant économiques que métriques. Un premier long-métrage documentaire bricolé en solitaire mais inévitablement connecté à la vie qui s’infiltre dans ses cadres exigus.

Copyright Les Alchimistes

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Anna Fournier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.