Frédéric Lansac (Claude Mulot) – “La Femme-objet” (1980)

1974, le porno a le vent en poupe, surfant sur l’héritage libertaire et hédoniste de mai 68, les cinémas spécialisés ne désemplissent pas et le français moyen s’encanaille en participant au triomphe de l’érotique Emmanuelle. Fraîchement élu, Valéry Giscard d’Estaing missionne son Premier ministre, Jacques Chirac, pour mener une politique de moralisation de la culture (la législation était jusqu’alors permissive), aboutissant à une décision qui modifiera durablement l’industrie dans l’hexagone. Contrairement à certains de ses voisins, comme la Grande-Bretagne, la France n’opte pas pour la censure pure et simple, mais pour la mise en place d’une taxation particulièrement lourde dès l’année suivante, entraînant la fermeture progressive des salles tout au long de la fin de décennie. Devenant le vilain petit canard pestiféré du septième art, le X se retrouve relégué aux rayons discrets des vidéoclubs puis aux sites internet, où il va considérablement changer. Il ne connaîtra un regain de popularité qu’à l’orée des années 2000 avec la surexposition des starlettes dans les médias mainstream (télévision, radio…). Mais ceci est une autre histoire et l’analyse de l’évolution du genre mériterait bien plus que quelques lignes tant il cristallise les tabous et les anathèmes moraux, tout en reflétant les bouleversements idéologiques, voire politiques, de la société. La Femme-objet, onzième et ultime œuvre pornographique réalisée par Claude Mulot (sous son pseudonyme de Frédéric Lansac) sort en 1980, alors que cet âge d’or, bulle de liberté souvent idéalisée (en atteste le récent L’Amour est une fête), touche à sa fin. Il narre les déboires de Nicolas, écrivain de science-fiction obsédé sexuel (joué par Richard Allan) qui, ne trouvant pas satisfaction auprès de la gent féminine, décide de créer un robot, Kim (Marilyn Jess), qui serait, pour lui, la compagne parfaite. Considéré par beaucoup comme le dernier classique de cette période, le film est désormais disponible en Blu-Ray chez Pulse Video (en association avec Vinegar Syndrome).

© Copyright Pulse Editions / Vinegar Syndrome

Le cinéaste connaît, depuis quelques mois, une réhabilitation tardive au travers des ressorties de ses longs-métrages chez Le Chat qui fume, ainsi que des livres qui lui sont dédiés, Claude Mulot, cinéaste écorché, et Frédéric Lansac, cinéaste sous X, parus tous deux aux éditions Nitrate. Hétéroclite, il œuvre dans le thriller (La Saignée), le drame érotique (Les Charnelles, qui connut divers remontages mettant l’accent sur ses passages coquins), avant de se plonger tardivement dans le X, en 1975, avec son cultissime Le Sexe qui parle. Alors que le porno français est sur le point de connaître son déclin, il enchaîne les films pour adultes tout en écrivant des scripts pour Georges Lautner ou Max Pécas (autre cinéaste traditionnel à être passé au hard, tout comme Jean Rollin ou Jean-François Davy). Dans le documentaire Le Dernier porno à Paris présent en bonus, le premier assistant Didier Philippe-Gérard, Marilyn Jess, Richard Allan, reviennent, entre deux anecdotes amusantes au sujet des conditions artisanales de tournage, sur la frontière poreuse qu’il existait entre ce genre et le cinéma « respectable ». Producteur et directeur d’Alpha France, Francis Mischkind évoque quant à lui l’importance de donner les moyens à un réalisateur d’exprimer sa vision, même dans un registre aussi singulier et décrié. Une politique pour le moins atypique a posteriori, compte tenu des différentes évolutions et de l’appauvrissement créatif imposés par internet et ses tubes ces dernières années. Ici, difficile de ne pas percevoir le reflet de Mulot lui-même dans cet auteur passionné de science-fiction et de fantastique, créant sa propre perfection sur cellulo lors d’une scène en animation. Une dimension personnelle fréquente, son pseudonyme, Frédéric Lansac, est le nom du héros de La Rose Écorchée, qui éloigne le projet de tout cynisme, le cinéaste imposant sa touche et sa vision. S’il n’évite pas les gros plans obligatoires, il multiplie les angles de caméra originaux (obligeant son cadreur à d’improbables contorsions d’après les dires des acteurs eux-mêmes), à l’image de cette première scène explicite où les corps sont filmés à travers un drap rose. Faisant montre d’un sens de l’humour certain (déjà à l’œuvre sur Le Sexe qui parle), il fait d’une séquence classique d’épouse qui découvre l’infidélité de son mari, un moment d’absurde pince-sans-rire réjouissant. Quand surgit enfin son héroïne au détour d’un passage très typé SF (musique synthétique, lumière bleutée et grand angle), ce grand cinéphile convoque tour à tour James Whale, la blondeur peroxydée de Marilyn Monroe et Sueurs Froides à travers le prénom de la belle, hérité de Kim Novak. Après tout, le personnage de John Ferguson interprété par James Stewart n’était-il pas, tout comme Nicolas, en train de façonner sa femme parfaite lui aussi ?

© Copyright Pulse Editions / Vinegar Syndrome

Pour donner vie à son protagoniste, Mulot jette son dévolu sur Richard Allan, alors superstar du X (connu sous un pseudonyme que nous tairons ici), qui avouera d’ailleurs s’être en partie reconnu dans le rôle. Comédien plutôt compétent, au-delà des prouesses physiques qui ont fait sa renommée, il tourne pour Marco Ferreri (I Love You) et Maurice Pialat (Police) qui tenta, en vain, de le convaincre d’être plus présent dans le traditionnel. Dans La Femme-objet il incarne le prototype du macho manipulateur et autocentré, enchaînant les conquêtes comme des trophées, sans pour autant être comblé. Loin de passer pour un séducteur à qui tout réussit, il est dépeint comme un minable égoïste et irrespectueux, reflet du mâle compétiteur et consommateur frénétique. Tout en recourant à une voix-off faisant entendre ses pensées, le réalisateur mise sur ses scènes explicites pour nous faire ressentir le néant de sa vie sentimentale. Les séquences sont souvent courtes, s’enchaînent sans passion, le sexe y est mécanique, bestial, centré autour du seul plaisir masculin, emplies d’ennui (l’une de ses conquêtes s’endort même en plein acte) et de borborygmes ridicules. Lorsqu’il décrète qu’une femme Noire sera toujours obéissante, il ajoute le racisme crasse à un CV déjà très chargé, basculant alors vers une figure parfaitement antipathique, que l’ultime scène viendra enfin punir. Introduit seul, à sa machine à écrire, un verre de whisky à la main, il entame la longue litanie de flash-back centrés sur ses différentes relations (dont il confesse n’aimer que les premiers instants, se lassant vite). Avec la première, Sabine (interprétée par Hélène Shirley, alors compagne d’Allan à la ville), il semble connaître une idylle sincère, se confiant au spectateur sur son amour et ses sentiments. Pourtant, c’est surtout la facilité de cette dernière à céder à tous ses caprices, tous ses désirs, qui lui plaît, lui donnant même malgré elle, l’idée d’une femme pouvant être contrôlée par une télécommande. Deux séquences sont éloquentes : la première voit sa petite amie contrainte de faire la vaisselle en porte-jarretelles tout en subissant les assauts de son amant, la seconde se transforme en fantasme de masturbation voyeuriste, agrémenté de plans d’inserts explicites. Le héros se change alors en personnification peu reluisante du spectateur de porno, de ses fantasmes machistes et standardisés, de ses rêves de toute-puissance, tels que les perçoit le cinéaste. Didier Philippe-Gérard confesse d’ailleurs, que le ce dernier n’était pas à l’aise lorsqu’il s’agissait de mettre en boîte les séquences hard, expliquant probablement l’ironie qu’il imprime à certains de ses passages, visiblement plus dans son élément lorsqu’il s’agit d’iconiser la créature du titre.

© Copyright Pulse Editions / Vinegar Syndrome

Invention issue de la volonté misogyne de domination et de contrôle de Nicolas, Kim, n’apparaît qu’au bout de quarante minutes de métrage. Blondeur de star hollywoodienne, corps parfait, obéissant au doigt et à l’œil (la vitesse et l’intensité de ses gestes peuvent être contrôlées), elle est le fantasme ultime, la somme des clichés véhiculés par le héros. Marilyn Jess apporte son charme et son visage angélique à ce personnage impassible qui ne ressent, n’éprouve, ni n’exprime rien en apparence. Actrice phare du début des années 80, Dominique Troyes (de son vrai nom), prend la succession de Brigitte Lahaie, alors sur le point de mettre un terme à sa carrière. Les deux comédiennes partageront d’ailleurs l’affiche du dernier film X de celle-ci, Les Petites écolières de Mulot, la même année, confirmant le passage de relais. Devenu une pornstar incontournable en France, Jess entame une carrière aux États-Unis où elle tourne avec la sulfureuse Traci Lords, puis prend sa retraite alors que l’industrie est sur le point d’être bouleversée par l’arrivée du sida. Ayant acquis un statut culte au fil des années, on la retrouve fréquemment en couverture de Hara-Kiri, dont elle devient l’égérie, avant de revenir sur grand écran à l’occasion d’un petit rôle dans Laissez bronzer les cadavres de Cattet et Forzani. Si elle fait ses débuts en 1977, c’est bien La Femme-objet, conçu comme un véhicule censé la propulser au sommet, qu’elle accède à la notoriété. Ici elle est parfaite, feignant l’innocence et l’obéissance avant d’enfin prendre son plaisir et ses désirs en main, abandonnant le détestable protagoniste, dépassé par sa propre création. Dans son interview, l’actrice fait d’ailleurs un parallèle avec l’histoire de Pinocchio. Finalement trop bien conçu, insatiable et avide de nouvelles expériences, le robot devient autonome, et s’émancipe de son maître, le laissant littéralement impuissant. Au cours d’un dernier acte en forme d’amusant retournement des valeurs, elle réussit ce que le « mâle » avait échoué (faire jouir Sabine) et permet une scène de sexe longue, sans coupe, construite autour du seul plaisir féminin. Dès sa première apparition, la tenue de domina en latex qu’elle porte ne laissait ainsi que peu de doute quant à l’inversion des rôles à venir. Jouant des fantasmes masculins primaires, Claude Mulot fait souffler sur sa charge anti-machiste, un vent de liberté féministe et frondeur. Si l’amusant twist final peut sembler désuet, voire sujet à diverses interprétations contradictoires (tout comme la dernière réplique « Mon Dieu, qu’est-ce qu’elles ont fait de nous ? »), le propos est amené avec assez d’humour et de dérision, pour rendre le tout digeste et attachant. Réminiscence d’un temps où la pornographie suivait, voire précédait les progrès sociétaux, les bouleversements des mœurs, le long-métrage se pose en véritable instantané de son époque, à mi-chemin entre le souffle transgressif des années 60-70 et le consumérisme aveugle des 80’s.

Saluons le travail de Pulse Video et Vinegar Syndrome qui ont permis la sortie du film en Blu-Ray simple ou digipack, dans une superbe copie HD. Il contient plus de deux heures de bonus comprenant, entre autres, un reportage sur la restauration de La Femme-objet lors de sa sortie vidéo, ainsi que les bandes annonces centrées sur Claude Mulot / Frédéric Lansac et Marilyn Jess. Notons également au passage que l’éditeur commercialise le vinyle de la sympathique bande originale signée Jean-Claude Nachon.

Disponible Blu-Ray chez  Pulse Video.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Jean-François DICKELI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.