Claudine Bories & Patrice Chagnard – “Nous le peuple”

Voilà, ça commence, nous sommes en 2018, François de Rugy est, pour l’heure, président de l’Assemblée nationale, nœud de cravate très serré — et appelle de ses vœux une « démocratie plus représentative et efficace » — timides applaudissements de l’Assemblée autour de lui réunie. Puis viennent les propos de la rapporteuse de la commission des lois, discours inaudible, fécondé par des communicants anonymes, boursouflé jusqu’à l’écœurement d’éléments et langage — et nos oreilles s’agacent, nos yeux s’écarquillent devant cette évidence : ces gens-là sont les ennemis du langage et c’est justement de cela que va nous parler Nous le peuple. Puisque, de l’autre côté, de Sarcelles à Villeneuve-Saint-Georges, la parole bafouille parfois, mais se créée, germe et prospère, fertilisée par le terreau de la sincérité. Elle se révèle souvent d’une drôlerie fracassante, ainsi cette fulgurance, c’est « la marche de la république en recul » — doit on entendre « recule » ?

©Les Films du Parotier

 

Pour vous dire deux mots de ce film, voici : des fils d’immigrés, des ex-taulards et des femmes de couleur et en colère ont la folle ambition d’écrire une Constitution nouvelle et d’aller à la rencontre des fonctionnarisé.e.s qui légifèrent notre démocratie. Et, pour leur part, Fanta, Joffrey ou Soumeya parlent vraiment, sont « les voix de l’ombre » qui s’espèrent bientôt « lumières » et s’attèlent avec un bel enthousiasme à la rédaction de leurs « doléances » — et ce mot nous rappelle que nous ne sommes justement plus les enfants des Lumières, mais d’une monarchie intemporelle. Un projet nourri d’espérance, de vœux innocents, comme celui de « dénoncer l’inégale chance de réussite selon les milieux sociaux », triste réalité qui n’a rien d’une dénonciation gratuite, ou encore d’évidences, dont la stigmatisation des quartiers par les médias. Très vite, il nous devient impossible de ne pas aimer ces révolutionnaires qui, de velours, tapissent leur rage. Car ce qui se joue, dans Nous le peuple, c’est la confrontation de l’idéalisme, de la sincérité avec la vacuité de nos élus. C’est la beauté contre la laideur, l’espoir contre le défaitisme, le désir contre la renonciation. Et c’est bientôt une évidence : Nous le peuple est un film de guerre, de guerre langagière.

Le montage alterne donc la parole du peuple avec celle de nos cher.e.s élu.e.s, dont celle de la Ministre de la Justice qui, une fois n’est pas coutume, n’omet rien dans ses déclarations et s’avère momentanément d’une rare franchise : « Il n’est pas toujours nécessaire de faire appel au peuple » et, pour résumer, si l’approbation du peuple était nécessaire lors de la création de la république, elle ne l’est plus vraiment désormais, puisque nous avons nos élus.

Le duo de réalisateurs parsème ses cadres d’idées, de noms d’écrivain, ou glisse en arrière-plan ce panneau qui affiche, non sans fatalisme, cette conjugaison impossible « Je vais/tu vas/elle va ». Bien évidemment, nos révolutionnaires n’iront nulle part, si ce n’est à une réunion en catimini avec quelques députés faussement insoumis et qui mettra en évidence ce violent paradoxe : ce que l’on appelle démocratie ne l’est bien évidemment pas. Le contrat est rompu, la parole n’est pas au peuple mais à des élus obnubilés par leur carriérisme, leur vacuité, qui sous couvert d’amabilités assènent un mépris d’une rare flagornerie : « Vos témoignages sont très touchants… » mais « si on s’est engagés en politique » ou « j’entends bien »… Bla bla bla.

On songe évidemment à Kafka, à la parabole de la Loi, à son triste mélange d’inaccessibilité et injustice car la fin de ce film, on l’a devinée dès ses cinq premières minutes : cet accès à la démocratie, on leur promet tout en leur rendant impossible, on nous l’offre mais sous le seul état d’illusion. Ils rêvent d’« aller à l’hémicycle » et l’on se souvient qu’un « hémicycle », c’est un cercle rompu, une disharmonie, donc, un lieu où tous les regards convergent vers le monarque au nom indicible, — notre président s’appelle-t-il Jupiter, Macron ou Fillon ? Peu importe, au fond, la manière dont on nomme le despote d’un pays qui s’est vendu depuis longtemps aux joies du libéralisme et des impérialismes financiers, puisque « (…) Brutus est un homme honorable,/Ils le sont tous, d’ailleurs, tous honorables. », comme le disait si bien Shakespeare dans Jules César. En atteste la réaction, à ce projet de constitution, de la Ministre de la justice : « Nous ne sommes pas du tout dans le niveau constitutionnel (…) Rehaussons tout au niveau de la constitution ! »

Le film se conclut par un autodafé, celui du courrier de fin de non-recevoir émis par le gouvernement. C’est bien la première fois que je me réjouis de voir un écrit brûlé. En somme, Nous le peuple, c’est du François Ruffin, mais sans caricature ni putasserie mooriste, c’est donc un film subtil, intelligent, forcément triste, forcément beau.

©Les Films du Parotier

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Pierre-Julien Marest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.