La Fille du 14 juillet, malgré ses défauts et son caractère inégal, annonçait un grand bol d’air rafraichissant dans le vase clos de la « comédie française ». La Loi de la jungle prouve à la fois que Peretjatko n’a rien perdu de sa fantaisie, de sa folie et de son excentricité mais aussi qu’il a réellement progressé entre les deux films : le récit est plus « tenu » et les gags en rafale font plus souvent mouche.

Dès son premier film, le cinéaste a été écrasé sous les références, des plus flatteuses (la Nouvelle Vague) aux plus douteuses (les Charlots). Et il faut bien avouer que la tentation est grande de comparer une fois de plus La Loi de la jungle aux œuvres du passé : Blake Edwards puisque Macaigne incarne un stagiaire du Ministère de la Norme maladroit et provoquant toute sorte de catastrophes à l’instar de l’inspecteur Clouseau. Mais on songe aussi à De Broca et Veber pour le côté « exotique » de ces aventures (de L’Homme de Rio à La Chèvre en passant par quelques éléments parodiques et excessifs qu’on trouvait dans le génial Le Magnifique) ou encore à Mocky pour la galerie de trognes – l’huissier, le nostalgique de la guerre- et un côté poil-à-gratter séditieux.

Peretjatko parvient à convoquer des souvenirs tout en réalisant un film sans équivalent, qui ne ressemble à rien de ce qui se fait en matière de comédie aujourd’hui.

En envoyant son personnage principal au cœur de la Guyane pour travailler sur l’implantation d’une station de ski avec neige artificielle, le cinéaste nous embarque dans une succession d’aventures rocambolesques et farfelues qui parviennent aussi à nous parler de l’absurdité de notre monde et de notre époque. Si le non-sens semble régner en maître, cela n’empêche pas le film de railler avec beaucoup de verve la « dictature du secrétariat » et de cette technocratie mondialisée qui envoie au casse-pipe ses escadrons de stagiaires. Peretjatko parvient à donner une image parfaite de ce qu’est devenu notre monde aujourd’hui : un parc d’attraction globalisé élaboré par des actionnaires et gardé par des vigiles, derniers emplois humains à être tolérés. La satire est toujours astucieuse d’autant plus que le cinéaste n’épargne pas le « politiquement correct » qui participe de son discours lénifiant à la mise en place de ce monde : le pseudo-égalitarisme comptable de la parité, par exemple.

L’intelligence de Peretjatko, c’est de parvenir à fondre ce « discours » (qui n’en est jamais un) dans un véritable style, à l’image de ces nombreux faux-raccords qui servent de « fondations » aux séquences au ministère, comme si le bégaiement des images soulignait le caractère creux et mécanique des discours officiels.

En opposition à cette horreur néo-libérale qui perpétue à sa manière la colonisation d’antan (instaurer le même mode de vie partout dans le monde), notamment par le biais des loisirs ; Peretjatko nous propose un couple perdu au milieu de cette « loi de la jungle » (à prendre évidemment à tous les sens du terme) dont l’excentricité finira par apparaître comme un grain de sable dans cette mécanique trop bien huilée du monde moderne. On retrouve alors ce qui faisait le sel du précédent film de Peretjatko : un éloge libertaire et hédoniste du pas de côté (ou de la marche à reculons) qui rappelle d’ailleurs l’esprit du très beau film de Podalydès Comme un avion.

Au bout du compte, La Loi de la jungle est l’une des comédies françaises les plus drôles vues depuis longtemps et un film qui remet à l’honneur l’esprit d’aventure, la générosité anarchiste et la primauté des désirs et de la nature sur tout ce qui entrave aujourd’hui l’individu…

La Loi de la jungle (2016) d’Antonin Peretjatko avec Vimala Pons, Vincent Macaigne, Mathieu Amalric, Jean-Luc Bideau, Pascal Légitimus

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Vincent ROUSSEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.