Adoubée par de grands noms de l’horreur, comme Stephen King ou Guillermo Del Toro (qui produira son prochain film), Issa López s’essaie au fantastique avec Ils reviennent (anciennement Tigers are not Afraid) et nous conte l’histoire d’Estrella, une jeune fille qui, hantée par des visions cauchemardesques suite à la mort de sa mère, trouve refuge auprès d’une bande d’orphelins livrés à eux-mêmes dans les rues de Mexico…

© Copyright Filmadora Nacional

Habituée aux comédies populaires, la réalisatrice semble, pour son troisième long-métrage (qui a mis plus de deux ans à sortir en salles, après avoir écumé les festivals), vouloir suivre grossièrement les traces du réalisateur du Labyrinthe de Pan en proposant un conte de fée sombre où l’imaginaire et le surnaturel font office de porte de sortie à un quotidien morne et sinistre. C’est justement dans ce curieux mélange de chronique sociale et de merveilleux que le film trouve rapidement ses limites. En premier lieu, cette volonté de coller à la réalité du Mexique contemporain, en proie aux gangs et aux politiciens véreux, semble dénuée de toute crédibilité, de tout ancrage dans un quotidien tangible. Les rues mal famées des faubourgs de la capitale mexicaine semblent bien vides, se révélant n’être qu’un terrain de jeu inoffensif pour les héros, et le grand méchant (un candidat à la mairie, corrompu et violent, tout droit sorti d’une bisserie de Robert Rodriguez) paraît peu crédible et trop caricatural pour faire naître le moindre sentiment de peur. La violence, bien que présente, est toujours esthétisée ou reléguée hors champ (le simple bruit de coups de feu venant signifier une fusillade violente). Par conséquent, le fantastique, qui devrait faire office d’échappatoire au réel, ne se détache jamais vraiment et semble au contraire parfaitement commun ou gratuit (les nombreuses apparitions fantomatiques, se produisant de manière aussi régulière que fortuite) quand il n’est pas carrément hors-sujet (comme ce dragon s’échappant d’un smart-phone). Le surnaturel est pensé comme un simple artifice, une béquille servant à compenser les carences scénaristiques.

© Copyright Filmadora Nacional

Bien que confus et laborieux dans sa première moitié, le film réussit pourtant quelques jolis moments, à l’image de cette peluche prenant vie pour guider l’héroïne, ou ces graffitis s’animant afin de raconter une légende urbaine. S’éloignant du macabre et de l’épouvante, López donne au surnaturel une fonction symbolique et évocatrice (tour à tour touchante ou grossière) en lui faisant pénétrer le monde de l’enfance, du rêve. De même, lorsque les orphelins trouvent le havre de paix dont ils ont toujours rêvé, la réalisatrice bâtit un décorum à la fois délabré et fantasmatique et semble enfin se décider à leur donner une vraie personnalité. L’espace de quelques scènes, il n’est alors plus question de gangs, de mafieux et de revenants, mais simplement d’enfants esseulés s’inventant une communauté, une famille, loin de la société et de ses turpitudes. L’absence d’alchimie entre les jeunes acteurs (il est vrai peu aidés par des dialogues lourdingues et explicatifs) s’avérant un autre défaut évident, d’autant plus préjudiciable lorsque le scénario prend une tournure tragique, il est pourtant plaisant de les voir se révéler, à l’écart du monde des adultes et du sérieux emphatique qui alourdit le long-métrage, laissant alors entrevoir son potentiel poétique et ludique.

© Copyright Filmadora Nacional

Porté par une volonté (ratée) d’agglomérer deux genres opposés et de dresser un portrait du Mexique, qui se voudrait sans concessions, Ils reviennent (Vuelven dans la langue de Cervantes) s’avère au final plus réussi dans un registre purement enfantin, dévoilant ses héros sous leur vrai jour : un succédané des Goonies ou du Club des Cinq maladroitement emballé dans un drame social. Est-ce suffisant pour placer des espoirs en Issa López ? L’avenir nous le dira.

[Article publié pour la première fois à l’occasion de la première partie du CR de l’édition 2018 des Hallucinations Collectives]

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Jean-François DICKELI

Laisser un commentaire