Les Éditions Capricci ont publié le 7 juillet 2020 le DVD de Tommaso, le film d’Abel Ferrara sorti en France le 8 janvier 2020.
Ce DVD contient deux suppléments : un entretien avec Willem Dafoe réalisé par Jacques Mandelbaum, et un commentaire sur le film fait par Marcos Uzal.
Je re-propose ici le texte que j’avais publié pour la sortie du film (6 janvier 2020).
Puis un commentaire sur le bonus.

Abel Ferrara vit à Rome depuis 2014. Avec sa femme Cristina Chiriac, qu’il a rencontrée dans la capitale italienne, et leur petite fille, Anna.

Tommaso, qui sort sur les écrans français le 8 janvier, a la dimension d’une œuvre autobiographique. Il a en partie été tourné dans l’appartement du cinéaste. Willem Dafoe, devenu un acteur fétiche pour l’auteur de Pasolini, joue le rôle d’un artiste préparant un nouveau film (1). La femme de Tommaso, Nikki, et sa fille, Deedee, sont respectivement incarnées par Cristina Chiriac et Anna.
Tommaso n’est pas complètement identifiable à Abel Ferrara, mais le vécu et la personnalité de celui-ci ont nourri fortement le personnage… et le film.

Ferrara représente les difficultés d’un couple dont l’homme est quasi constamment plongé dans son travail et qui ne s’occupe pas comme il le devrait de sa femme, même s’il veut que chacun prenne soin de l’autre, et même s’il vit la paternité avec bonheur. Nikki a besoin d’indépendance. On sent bien les différences de culture entre l’Américain vieillissant et possessif, qui a des atomes crochus avec l’Italie, et la jeune Moldave au tempérament assez froid. Le problème de communication est à la fois linguistique et psychologique.
De très beaux passages, dans Tommaso, restituent formellement la distance entre les deux adultes. Je pense notamment à ce lent travelling latéral, au début du récit. Il parcourt le couloir de l’appartement où ils vivent, et montre une nette séparation entre deux pièces, Tommaso se trouvant dans l’une d’elles et Christina dans l’autre. Une nappe de musique synthétique apporte, ici comme en d’autres scènes, une profonde gravité au quotidien, les voix sont comme assourdies, éloignées.

© Capricci

Parmi les activités de Tommaso, il y a les promenades qu’il fait avec Anna au Parc Colle Oppio (2), les leçons d’italien qu’il suit, les cours d’art dramatique qu’il donne, les réunions des Alcooliques Anonymes auxquelles il participe, ses séances personnelles de méditation et de yoga. Et puis, donc, les moments où il travaille au scénario et au story-board d’un futur film. Ceux-ci font écho à l’aventure du protagoniste et sont une projection dans le prochain opus d’Abel Ferrara : Siberia, qui sortira en 2020, et dans lequel Willem Dafoe joue plusieurs rôles.

Ferrara a déclaré (propos reproduits dans le dossier de presse) : « Tous mes films sont autobiographiques dans un sens ou dans un autre (…) Mais Tommaso, ce n’est pas moi. Peu importe l’amitié que je porte à Willem ou le fait que nous vivons dans le même quartier. Nous partons de la vie telle qu’elle est, de ce qui nous est familier pour mieux nous en éloi­gner et ne pas avoir à tout inventer. Cet ancrage dans la réalité nous donne l’opportunité d’explo­rer différentes possibilités, de laisser libre cours à notre imagination. Là où j’en suis, le documentaire et la fiction se mélangent de manière indiscernable ».

Lors des rencontres organisées par les AA, Tommaso parle de son addiction au l’alcool, mais aussi au crack, à la cocaïne, à l’héroïne.
À Paris, en 2013, Abel Ferrara répond en ces termes à une question d’Aïda Ruilova sur son possible retour à New York : « I don’t want to come back to New York because, at this point, New York for me really represents the alcohol and drug life that I’m done with. There are two cities that are forbidden for me – Naples is one of them, and New York is the other ». Et c’est pourtant dans les environs de Naples qu’il a fait quelques années auparavant une cure de désintoxication.

Pour ce qui est du yoga, Tommaso récite des mantras avec son mâlâ – bracelet de perles -, fait des exercices corporels. Des petites figurines de bouddhas sont visibles dans son salon.
Willem Dafoe a expliqué à ce propos (Dossier de presse) : « (…) Abel ne pra­tique pas le yoga. Mais il fait de la méditation. Donc, moi j’apporte le yoga, lui la méditation. Mais nous ne pratiquons pas le même type de méditation. Ce que vous voyez à l’écran vient donc de ma pratique ».
Abel Ferrara s’est effectivement rapproché du bouddhisme vers 2007, grâce à sa compagne de l’époque, l’actrice Shannyn Leigh. 4 h 44 Dernier jour sur Terre (2011), dans lequel celle-ci joue aux côtés de Willem Dafoe, est imprégné de cette philosophie religieuse. Parmi les images d’ « archives » insérées par le cinéaste, il y a celles montrant Michael Roach en train de professer. Roach est un Américain qui a obtenu le diplôme de Géshé au Tibet. D’autres font voir le Dalaï-Lama lui-même.
Dans Tommaso, c’est le Lama Thubten Yeshe qui est vu en train d’enseigner au Royal Holloway College Surrey, en Grande-Bretagne, en 1976 (3).

© Capricci

Enfin, pour les cours d’art dramatique, on peut là aussi se reporter aux propos de Willem Dafoe (Dossier de presse) : « [Abel Ferrara] enseigne à des étudiants à qui il se contente de parler. J’enseigne peu, mais j’ai dirigé des ateliers et donné des masterclass, et j’ai tendance à utiliser le corps. Dans les scènes avec les étudiants, vous me voyez donc en train d’improviser un cours. Le cours est réel, la caméra enregistre ».
C’est vrai que Tommaso et ses élèves se concentrent sur la respiration, les mouvements. L’Américain développe une pratique et une philosophie du jeu visant à trouver un équilibre entre la maîtrise et le laisser-aller, à atteindre une authenticité au-delà de la reproduction de l’existant, à être dans l’action plus que dans la (dé)monstration. C’est évidemment la Méthode de l’Actor’s Studio – au sein duquel a été formé Willem Dafoe – qui vient à l’esprit. Dafoe a cofondé en 1975 une compagnie théâtrale qui prit le nom de The Wooster Group en 1980. L’une des références majeures est alors le Polonais Jerzy Grotowski, metteur en scène, théoricien du théâtre, pédagogue. Grotowski accorde une grande place au travail sur le corps, la voix, et s’inspire fortement du Yoga.

Dans la salle où Tommaso enseigne ont été inscrites à la craie, sur un tableau, des citations de Manlio Sgalambro : «  Communiquer c’est l’affaire des insectes, nous exprimer, voilà ce qui nous concerne », d’André Gide : « Connais-toi toi-même. Maxime aussi pernicieuse que laide. Quiconque s’observe arrête son développement. La chenille qui chercherait à bien se connaître ne deviendrait jamais papillon », et de John Cage :  « Quand je tire l’I Ching, les réponses qui me plaisent le moins sont celles dont j’apprends le plus » (4).

Tommaso est à la recherche de la sérénité, de la sagesse. D’une forme de vérité. Ses activités sont censées lui permettre de dépasser les obstacles intérieurs et extérieurs, de soigner sa souffrance et son agitation tel un patient qui serait aussi son propre médecin. De se désaliéner. Il lui faut affronter le présent et y vivre pleinement, se projeter vers l’extérieur et dans le futur autant que se retourner sur lui-même et sur son passé – et en ce sens, la formule de Gide pose problème. Aller vers les autres et mettre en question son égo. Tommaso a littéralement le coeur sur la main, ou à en tout cas le souci de l’avoir.
Des scènes oniriques, cauchemardesques, longues et lentes ou courtes et coupantes, pavent ce parcours, visualisent les désirs érotiques qui habitent le protagoniste, mais aussi et surtout les peurs, les colères qui le hantent et contre lesquelles il se bat.
Tommaso tend vers l’harmonie, il est sur la voie de l’accomplissement personnel, même si un écart existe encore parfois entre son action et sa pensée, même s’il lui faut manifestement du temps pour assimiler les paroles positives qu’il entend et écoute.

© Capricci

Cinéaste inégal, parfois hâbleur, Abel Ferrara propose avec Tommaso un film introspectif et rétrospectif de belle tenue. Tout en clins d’oeil : la référence à un remake de La Dolce Vita qui fut un projet du réalisateur, la crucifixion subie par Tommaso/Dafoe qui rappelle La Dernière tentation du Christ (1988) de Martin Scorsese… Et tout en résonances : l’anniversaire de la professeure d’italien et celui qui marque les quelques années de sobriété conquise par le héros, la rencontre entre celui-ci et l’ivrogne pakistanais… Ferrara se met à nu, se livre, parfois crument, mais jamais avec impudeur. Il est grandement aidé par Willem Dafoe, toujours magnétique. Et par le directeur de la photographie Paul Zeitlinger, qui a travaillé avec Werner Herzog, notamment sur Grizzly Man (2005), et qui crée ici des images aux ombres profondes, avec une caméra dont le dynamisme et l’approche directe contribuent à donner au film sa touche cassavetesienne.

Notes :

1) Willem Dafoe vit en partie à Rome, lui aussi. Il a la double nationalité : américaine et italienne. Sa femme, Giada Colagrande, qui travaille dans le monde du cinéma, est originaire de Pescara.
2) Le Parc se situe à proximité de la Piazza Vittorio à laquelle Ferrara a consacré un documentaire en 2017. Un film dans lequel il vient à la rencontre de réfugiés, d’immigrés.
3) https://www.youtube.com/watch?v=dGN74YqwjXo&feature=emb_title
Thubten Yeshe est un Lama tibétain, né en 1935 et mort en 1984, qui a prodigué une partie de son enseignement aux Occidentaux.
4) Les références concernant ces citations :
* Manlio Sgalambro, Anatol, Adelphi, Milano 1990, p. 96 [Notre traduction].
* André Gide, Les Nourritures terrestres, Gallimard, Paris, 1936, p.254.
* Je n’ai pas retrouvé la source exacte de la citation de Cage, mais j’ai pu lire la phrase du compositeur dans l’ouvrage de Marina Abramovic : Traverser les murs – Mémoires [Fayard, Paris, 2017].

Premier bonus (environ 37 mn) :

Jacques Mandelbaum – qui officie au Monde – s’entretient avec Willem Dafoe. Il n’est pratiquement pas question de Tommaso, et cela peut se comprendre puisque Marcos Uzal propose un commentaire du film dans le second supplément. Le critique et Willem Dafoe évoquent la rencontre entre l’acteur et le réalisateur, et la façon dont celui-là perçoit le caractère et la manière de travailler de celui-ci.
On retient des remarques de Dafoe celles sur le caractère parfois erratique, mais aussi intuitif, humble, « populaire » – « (…) il n’aime pas les choses qui sont trop cachées, trop tordues (…) il  aime aller vers ce qui est clair pour le public, il aime ce qui est émotionnel » –  de la démarche et de l’approche ferrariennes. Le comédien a cette belle formule, d’ailleurs, à propos du contact de Ferrara avec les gens et la réalité : il a « l’intelligence de la rue ».
Dafoe parle des films de Ferrara sur lesquels il a travaillé avant Tommaso : New Rose Hotel (1998), Go Go Tales (2007), 4h44 Dernier jour sur terre (2011). Il n’est pas question de Pasolini. Mais quelques remarques sont faites, cependant, sur le prochain opus dont il est d’ailleurs question dans Tommaso : Siberia.
Dafoe parle également de son installation et de celle de Ferrara à Rome, de sa dimension d’ « alter ego » du réalisateur – une position complexe où quelque chose se construit à partir de ce qui rapproche et de ce qui différencie les deux hommes.
Quand Jacques Mandelbaum, plaçant la discussion sur un plan quasi métaphysique, demande à Dafoe s’il perçoit une césure entre deux périodes de la vie et de la carrière du cinéaste – d’abord « on est dans le Mal avec une recherche désespérée de la rédemption », puis, au contraire, « on est dans une aspiration à la rédemption qui est sans cesse menacée par le retour du Mal » – ou s’il considère qu’il y a, au contraire, une continuité dans son parcours personnel et artistique, l’acteur répond que le rejet de l’addiction aux drogues et à l’alcool et l’intérêt porté au bouddhisme ont été fondamentaux et que Ferrara est maintenant « plus digne de confiance qu’avant », mais que, en même temps, il est « le même gars », et que Tommaso « exprime [parfaitement la] bataille interne que vit le cinéaste ».

Une petite remarque… technique. Harold Manning fait, comme à son habitude, un excellent travail d’interprète. On regrettera simplement que, au niveau de la prise de son et/ou du mixage, sa voix et celle de Dafoe se recouvrent parfois – pas tout le temps, mais parfois -, ne permettant pas une compréhension aisée de qui est exprimé en anglais et en français.

Second bonus (environ 16 mn) :

Marcois Uzal, qui est devenu très récemment le nouveau rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma, repère deux axes principaux traversant Tommaso. La dimension « home-movie » – un portrait réaliste dessiné par le cinéaste de sa vie quotidienne et de celle de Tommaso – et une dimension imaginaire, fantasmatique où s’expriment la violence, la paranoïa du protagoniste. Il explique comment ces dimensions s’entrecroisent, le quotidien étant filmé selon lui de façon très « étrange », l’agressivité et la jalousie constituant des parts bien réelles de la personnalité du réalisateur.

Marcos Uzal repère quelques figures ou événements très significatifs à ses yeux dans le film. Parmi eux, l’ « ours » qui est évoqué dans le scénario sur lequel travaille Tommaso – et qui est le scénario du prochain film de Ferrara, Siberia – est pour lui la représentation forte de la pulsion ferrarienne. Ou encore le problème rencontrée par Tommaso avec son lampadaire qui dysfonctionne symbolise à ses yeux le court-circuit qui fait qu’agitation et sérénité, imaginaire et réalité se télescopent, s’interpénètrent de façon quasi incontrôlable vers la fin du récit.

Marcos Uzal considère avec raison Tommaso comme un « film-charnière » dans la filmographie de l’auteur de Bad Lieutenant. Comme une production à travers laquelle le cinéaste se retourne sur lui-même et parle de son « processus de création » ; ouvre son « laboratoire » personnel. Et il conclut : «  (…) c’est un film peut-être mineur sur la tonalité, mais très important pour comprendre le travail de Ferrara et son œuvre ».

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Enrique SEKNADJE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.