Premier long-métrage de Laure Portier, Soy Libre suit le parcours d’Arnaud, frère cadet de la réalisatrice, dans sa quête d’une liberté dont il n’a jamais joui.
Des images enregistrées de 2005 à 2021 par l’auteure, voire par le protagoniste lui-même, mêlées à des dessins de ce dernier, présentent donc le cheminement – physique et psychologique – de cet ancien délinquant juvénile déterminé à quitter la France pour l’Espagne avant de s’établir au Pérou.
Conçu à partir d’images de textures variées, car glanées sur le long terme avec diverses caméras, Soy Libre s’apparente à un grand puzzle, incarnant ainsi le projet de sa réalisatrice : exposer les fragments d’une vie abîmée (les conversations d’Arnaud avec sa sœur en train de le filmer portent notamment sur la folie de leur mère, l’absence de leur père, son placement en famille d’accueil et ses démêlés avec la justice) et assister son frère dans sa tentative de la réparer.

Copyright Perspective Films

Le discours d’Arnaud, qui affirme vouloir s’affranchir de son passé et pardonner à ceux qui l’ont fait souffrir, ajoute également à la dimension existentielle du métrage, déjà fortement axé sur des idées telles que la rédemption, le libre-arbitre et la dialectique. Le dialogue constitue en effet le moteur principal de Soy Libre : entre Laure Portier et son frère, entre le passé et le présent (pour mieux envisager l’avenir), mais également entre des images immortalisées dans la précipitation, figurant un jeune homme athlétique, nerveux et constamment en fuite, et les dessins réalisés par Arnaud dans un style demeuré très enfantin, comme si sous son apparence endurcie se cachait une nature profonde plus belle et pure qu’on ne pourrait le croire… tel est néanmoins le message que semble nous adresser la réalisatrice par son choix de ponctuer son film avec ces croquis faits spécialement pour l’occasion.

Copyright Perspective Films

Ce parti-pris est cependant révélateur de l’autre grande force du film : outre le récit de l’émancipation d’un individu opprimé, Soy Libre est d’abord et avant tout le portrait – bouleversant de sincérité – d’un frère par sa sœur prête à tout pour le soutenir, faisant de ce documentaire la chronique de rapports fraternels certes complexes (des tensions sont souvent perceptibles entre eux) mais indéniablement mus par un amour inconditionnel devant lequel la caméra et le médium filmique dans son ensemble ne sont qu’un prétexte au dialogue, permettant à ces deux protagonistes d’affronter leurs démons et d’enfin se retrouver…
Un premier film sincère et intime, une ode à la liberté et la saisissante déclaration d’amour d’une soeur à son frère.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Alexandre LEBRAC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.