gainsbourg Le Génie Sinon Rien

Christophe Marchand-Kiss – Gainsbourg, Le Génie Sinon Rien

Entre deux crises aigues de paranoïa et de compassion émotionnelle (qui n’ont jamais sans doute marché aussi bien main dans la main), nos chers concitoyens n’en ont pas moins entamé ces derniers jours leur sempiternelle course aux cadeaux de noël. C’est du moins notre impression à observer ses masses agglutinées dans les artères commerçantes de nos villes, celles le plus souvent aseptisées et conditionnées tant par la litanie des enseignes interchangeables qui s’offrent à nous que pour l’air que l’on y respire.

Dans la course aux cadeaux qui vient de commencer, certains seraient bien inspirés de jeter un coup d’œil aux lignes qui suivent et qui présentent un ouvrage sur Serge Gainsbourg qui paraît tout indiqué pour s’affaler à son tour sous le sapin. Il s’agit pourtant là d’un énième livre à son sujet, plus de quatre-vingt à ce jour en effet, fiction comme documentaires, qui concernent le grand Homme plus que jamais marronnier de l’édition spécialisée. Un autre livre à son sujet est d’ailleurs sorti au même moment ou presque que ce Gainsbourg, Le Génie Sinon Rien qui nous occupe ici[1].

Avec autant de livres spécialisés, tout semble avoir été déjà dit sur la carrière comme sur la vie du bonhomme, et ce sous toutes les coutures et sous tous les angles. Il reste aujourd’hui pour évoquer une telle montagne musicale l’écueil de la biographie, sachant que celle de Gilles Verlant, fît fait et fera autorité, ou bien une éventuelle segmentation thématique. Ce serait pourquoi pas les années de vaches maigres, ce pourrait être une étude du bonhomme à travers les femmes de sa vie, ce pourrait être également un zoom discret sur un pan précis de sa mythologie[2], du « Poinçonneur des Lilas » à « La Javanaise », de « Initials BB » à « Melody Nelson » (« L’Ami Caouet » aussi peut-être, au point où nous en sommes).

418 (1)

Malgré cette suractivité éditoriale, le livre de Christophe Marchand-Kiss s’avère une pièce de choix pour tout Gainsbourgophile qui se respecte. Ouvrage superbement travaillé, il se présente sous la forme de courts paragraphes qui reprennent pas à pas la vie de Lucien Ginzburg puis celle de Serge Gainsbourg et enfin celle de Gainsbarre, le tout dans un style souvent enflammé et lyrique qui peut, il est vrai, séduire comme rebuter. Point très important, ces chapitres s’enrichissent de photos et autres documents souvent rares, voire inédits, notamment pour ce qui concerne les premières années du petit Lucien (le bulletin de classe du jeune écolier comme le premier contrat SACEM par exemple, au hasard).

Voilà au final un ouvrage d’une très belle qualité qui pourrait intéresser à la fois les amateurs profanes du grand Homme (c’est en effet un parfait manuel de vulgarisation de la Gainsbourgmania, malgré son prix relativement élevé) que ses passionnés zélés qui auront là matière inédite à se mettre sous la dent, le tout sous une forme classieuse et arty à souhait. Gainsbourg, Le Génie Sinon Rien est un beau livre qu’on imagine volontiers posé sur la table basse du salon et dans lequel on viendrait picorer à l’occasion. Une lecture vagabonde que l’on vous recommande avec gourmandise et enthousiasme. Vous savez ce qu’il vous reste à ajouter à votre liste de Noël.

Gainsbourg, Le Génie Sinon Rien, paru aux Editions Textuel le 14 octobre 2015. ISBN 978-2-84597-535-4

[1] « Gainsbourg, Années Héroïques » de Stéphane Deschamps.

[2] L’occasion de parler du livre « La Marseillaise de Serge Gainbourg, Anatomie d’un Scandale » paru simultanément aux mêmes Editions Textuel et qui discute avec pertinence sur une centaine de pages de la fameuse adaptation en reggae de La Marseillaise.

 

 

 

bandeau-dialogues-blanc

A propos de Bruno Piszorowicz

Laisser un commentaire