Sergio Martino – « Mort suspecte d’une mineure » (« Morte sospetta di una minorenne ») (1975)

Actif durant plus de quatre décennies au sein du cinéma italien, Sergio Martino demeure un nom méconnu du grand public. Touche-à-tout, il débute dans le mondo racoleur (Mille pecattinessuna virtù, LAmérique à nu), avant de sessayer, entre autres, au giallo (Toutes les couleurs du vice, La Queue du scorpion), au polar (Polices parallèles) ou à la comédie érotique (Les Zizis baladeurs, tout un programme) avant de se tourner vers le petit écran à partir des années 90. Sil sest avéré responsable dinénarrables nanars kitsch (Atomic Cyborg, 2019 après la chute de New York, tous deux signés sous le pseudonyme de Martin Dolman), le cinéaste déploie un regard acerbe sur ses contemporains et une maîtrise formelle parfois sidérante, l’écartant, de fait, du simple statut de faiseur ou dartisan compétent. En 1975, alors quil vient de réaliser coup sur coup deux poliziotteschi (LAccusé, Le Parfum du diable), il retrouve Ernesto Gastaldi, scénariste de Torso ou de L’Étrange vice de Madame Wardh, mais aussi de Mon nom est Personne et Photos interdites dune bourgeoise, pour un thriller intitulé Mort suspecte dune mineure. Produit, comme à son habitude, par son frère et collaborateur Luciano Martino – accessoirement monsieur Edwige Fenech à la ville-, le film narre lenquête dun mystérieux personnage nommé Paolo Germi (Claudio Cassinelli) qui va mener ce dernier à découvrir les réseaux de prostitution adolescente et la face cachée des hautes sphères de la finance. Toujours prompt à exhumer dobscures pépites de genre, Le Chat qui Fume propose une édition Blu-Ray du long-métrage, loccasion parfaite pour revenir sur cette surprenante œuvre à la croisée des courants.

Copyright Le Chat qui Fume 2022

Familier du giallo, auquel il sest essayé avec succès à de nombreuses reprises, le metteur en scène plonge son film dans une ambiance similaire. Zoom rapides, gros plans sur une lame étincelante, perspectives forcées dans un escalier, vue subjective, ombres menaçantes, autant de gimmicks que Sergio Martino samuse à compiler lors des multiples séquences de meurtres, explorant toutes les facettes du genre. Sil renoue avec certains tropes, il ne sombre pas pour autant dans le clin d’œil stérile mais questionne, a contrario, les nombreuses thématiques qui en découlent. Ainsi, la perception et les faux-semblants, leitmotiv de la filmographie de Dario Argento notamment, sont au cœur de lintroduction. Une discussion houleuse entre un homme mûr et une jeune fille, nœud gordien du récit, nous est ainsi montrée sans que nous puissions en saisir les tenants et aboutissants. L’écran titre et son arrêt sur image brutal se chargent de clairement désigner ladolescente comme une victime, une morte en sursis. Le tueur lui-même, ganté, opérant à larme blanche, caché derrière des lunettes miroir, semble tout droit sorti de lunivers de lauteur de Profondo Rosso (auquel la superbe bande originale de Luciano Michelini rend hommage). Au cours dun interrogatoire dans une salle de cinéma, le film diffusé savère être Il tuo vizio è una stanza chiusa e solo io ne ho la chiave, que Martino réalise en 1972. La boucle est bouclée, le long-métrage réfléchit à ses propres codes, le cinéaste à sa propre carrière. Pourtant, en filigrane, un tout autre dessein parcours Mort suspecte dune mineure, celui de faire cohabiter deux mouvances phares du bis transalpin. Les twists, loin d’être de simples passages obligés, rebattent les cartes en cours dintrigue, et accentuent sa dimension politique tout mettant laccent sur un versant plus proche du polar. Lassassin, dont lapparence physique se détériore peu à peu, achevant de faire surgir sa monstruosité intérieure, se révèle, in fine, un simple homme de main, le rouage dune machine qui dépasse tous les personnages. Les éléments de giallo se retrouvent alors inféodés à un autre sous-genre : le poliziottesco.

Copyright Le Chat qui Fume 2022

Excepté les quelques scènes de meurtres, le long-métrage s’écarte du thriller horrifique pur pour braconner sur les terres du film policier. Paolo, interprété par lun des acteurs fétiches de Martino (Cassinelli est apparu dans La Montagne du dieu cannibale, Alligator), est introduit comme un dragueur lourd, voire un coupable potentiel. Il dévoile sa face sombre, ses méthodes expéditives, et nhésite pas à paver sa route de cadavres, dont il se débarrasse sans état d’âme. Paradoxalement, Morte sospetta di una minorenne sautorise quelques digressions comiques et ruptures de ton, à linstar de cette course-poursuite burlesque quasiment déconnectée du reste du métrage, en apparence tout du moins. En réalité, Martino joue par là avec les attentes du spectateur et les passages obligés du genre quil aborde. De même, le running gag sur les lunettes du héros induit le fait quil est le seul à voir clair, à aller chercher la vérité sous le vernis des choses. Pour traquer le tueur, il s’enfonce dailleurs littéralement dans les profondeurs de la ville, dans les tunnels du métro turinois. L’évocation de manipulations politiques et financières, doublée de linceste que subit lun des personnages, sous-tendent lintrigue et renvoient aux codes du film noir classique et de sa relecture 70s, Chinatown en tête. Lenquête formidablement rythmée, comme en témoigne la spectaculaire fusillade à bord dun Grand Huit, entraîne le protagoniste dans les quartiers chauds où il est amené à faire équipe avec un petit délinquant et une prostituée. Avec une longueur davance sur la police, il s’écarte du droit chemin, choisit de faire ce quil considère comme juste au détriment de ce qui est légal. Le scénario évite tout manichéisme mais renvoie frontalement à un activisme armé et violent qui défraya la chronique durant la décennie 70 (la bande à Baader, les Brigades rouges, Action directe).

Copyright Le Chat qui Fume 2022

La grande force du poliziottesco est de dépeindre une Italie des Années de plomb, gangrénée par la violence et la corruption. Mort suspecte dune mineure présente un pays morne, terne (la grisaille des immeubles modernes qui ouvre le film) bien loin du paysage de carte postale. Tout le monde ne semble obsédé que par largent et cherche le moyen le plus rapide den gagner, quitte à enfreindre la loi, comme cet inspecteur, parieur compulsif qui ne rate aucun match du Calcio. Un amusant dialogue voit une femme prévenir « Il ny a pas beaucoup de gens honnêtes ici. Que des voleurs et des putes ! », ce à quoi le héros répond « Et des policiers ». Pourtant, le mal qui ronge le pays nest pas toujours visible, un réseau de prostitution se cache ainsi sous les atours dune respectable compagnie demployées de maison destinées aux clients aisés. Les riches peuvent profiter de la misère en engageant des femmes de ménage ou des baby-sitters qui proposent des services particuliers. Évidemment, seules les filles de joie des bois alentour sont surveillées par les forces de lordre, les hôtels luxueux, eux, ne sont jamais inquiétés. Cest pourtant à la tête de l’État que Germi trouvera la clef de l’énigme, parmi ces chefs dentreprises qui renvoient la moitié de leurs ouvriers avant de fêter la hausse de leurs profits. La somptueuse limousine entrant brusquement dans le champ dès la première scène résume symboliquement le danger réel qui menace la jeune Marisa, qui tente de trouver refuge dans un modeste bal populaire, en vain. Ici les banques, les assurances et les sociétés dimport export côtoient le grand banditisme, les passes se payent en pétrodollars, les rançons sont versées en Suisse, le crime est mondialisé. Même l’émotion se monnaie, lorsquun caméraman demande plus deffusion à des parents qui viennent de retrouver leur enfant enlevé quelques jours plus tôt, dans un reportage en forme de spectacle impudique. Largent muselle les journalistes qui veulent poser des questions et tout le monde semble être mouillé au point que le commissaire, incarné par la légende hollywoodienne Mel Ferrer (déjà présent dans LAccusé de Martino) demande au protagoniste : « Est-ce que tu veux une enquête ou un coup d’État ? ». Révéler la vérité ne peut quentraîner un chamboulement du système tout entier, la lutte contre la corruption ne peut pas se satisfaire dun retour au statu quo, le combat est dès lors, perdu davance.

Copyright Le Chat qui Fume 2022

Triste constat mais excellente découverte que ce Mort suspecte dune mineure, à la fois thriller efficace et charge politique hargneuse (à défaut d’être subtile) dont le master proposé par Le Chat qui Fume rend justice. À signaler que cette édition Blu-Ray contient également un long entretien avec le réalisateur intitulé Giallo à Milan avec Sergio Martino ainsi quune bande-annonce d’époque. Définitivement indispensable.

Disponible en Blu-Ray chez Le Chat qui Fume

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Jean-François DICKELI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.