Pier Paolo Pasolini-  » Oedipe roi »

Pasolini recherche le réel et la voie qu’il emprunte est celle de la poésie. Son cinéma est «  cinéma de poésie » car «  en somme le cinéma (…) a une nature double: il est à la fois extrêmement subjectif et extrêmement objectif » ( 1). 

Oedipe roi réalisé en 1967, est le premier volet de la trilogie antique. Il vient de la seule force contestataire du présent: «  la force scandaleuse du passé », celle d’un passé archaïque et sauvage , d’ une enfance innocente et violente , d’une terre mère et d’un arrière-pays. Le film retrouve des lieux d’ici et d’ailleurs jusqu’à découvrir par ses moyens techniques  » les qualités oniriques, barbares, irrégulières, agressives, visionnaires des origines  » ( 2).

Ce retour aux origines implique un temps dans lequel toutes les images , mémorielles ( les souvenirs d’enfance, l’Italie des années 60 et immémoriales , les rêves et le mythe) sont contemporaines les unes des autres. Le film imbrique l’Antiquité et le Présent , l’espace primitif et socialisé. Il ouvre à la Réalité : la condition humaine est placée sous le sceau du caractère irrémédiable de la perte , du désir et de la mort.

© carlotta

Pour Pasolini, le cinéma est la «  langue écrite de la réalité », seul capable de «  révéler l’essence expressive de la réalité ».Oedipe roi retrouve alors cette langue archaïque libre de la tutelle du logos: une langue qui passe par celle du corps. Il s’agit de montrer et retrouver le langage premier, celui de la présence même, «  rendre le monde au visage de sa présence » (3). Faire entrer le mythe dans cette langue écrite de la réalité, c’est le traduire en corps et en visages: en projeter toute la matérialité, «  en définitive rien d’autre qu ‘un amour halluciné, enfantin et pragmatique pour la réalité. Religieux dans la mesure où il fusionne en quelque sorte par analogie avec une sorte d’immense fétichisme sexuel. Le monde ne paraît être à ( ses) yeux qu’un ensemble de pères et de mères, pour qui ( il) éprouve un transport total, fait de respect et de vénération, et du besoin de violer ce respect à travers des désacralisations, fussent-elles violentes et scandaleuses» ( 4) Le mythe est alors contaminé par le complexe psychanalytique.

©carlotta

Oedipe roi s’origine également dans une volonté de faire oeuvre autobiographique. Pasolini est Oedipe, condamné mais dans la pleine lumière de son film , reconduit au lieu de son innocence, aussi tragique soit elle. Si «  la poésie n’est rien d’autre, au plus vif de ses inquiétudes , qu’un acte de connaissance » (5), c’est qu’elle opte pour un «  réalisme initiatique » , elle est une initiation à la réalité même. Par son cinéma de poésie, Pasolini inquiète le présent par le retour au passé afin de trouver un devenir: advenir d’une plus vraie naissance dans la chair de sa création. Et c’est aussi en cela qu’Oedipe roi a une dimension politique . Désacraliser le mythe et faire d’Oedipe une histoire purement humaine est un geste révolutionnaire . Croire dans l’action et dans le corps car «  la poésie , c’est ce qui reprend à la religion son bien » ( 6). Geste aussi de rage contre la normalité : contre la tutelle du logos , la norme imposée par la loi du Père, figure même du fascisme et de l’autorité.

Enfin Oedipe roi est l’adaptation de la tragédie de Sophocle, revivifiée, actualisée. Le destin s’écrit dans la langue cinématographique, et dans un autre lieu, primitif et sauvage, en plein désert marocain.

Ce film naît de cette nécessité de franchir toute douleur, toute mémoire, de ce lieu de la présence même qui est le réel ancré dans son époque mais aussi d’Hier . Pasolini est ce passeur qui tisse les liens à renouer entre les rives d’un même courant, en poète cinéaste, essayant de résoudre le mystère de sa propre existence.

Sa fascination du langage corporel, gestuel, l’intensité du silence permettent la coexistence d’un récit de ses origines avec celui du mythe et de Sophocle. Les forces de l’adaptation y résident. Elles correspondent à un désir de réalité, désir même qui fonde le style propre au film, un cinéma de poésie.

Ce cinéma de poésie appelle au déséquilibre de la continuité, il multiplie les chocs esthétiques . Il est langue de la réalité et de l’irrationnel. Le temps et l’espace d’Oedipe roi sont ceux de l’intime, du rêve , un temps et un espace pré-historiques, réengagés dans le désir.

L’engagement d’oedipe dans le désir est sa tragédie. Le désir le détourne de la vérité . Et pourtant c’est en allant jusqu’au bout de ce désir, de ses pulsions dionysiaques qu’il retrouve la vérité en lui-même, son origine. Sa vie se termine là où elle a commencé.

© carlotta

L’Oedipe roi de Pasolini transpose poétiquement cette grandeur tragique d’un Oedipe qui est avant tout un homme, innocent et criminel, tyran et victime émissaire . 

1. Pier Paolo Pasolini , L’expérience hérétique. Langue et cinéma, traduit de l’italien par Anna Rocchi Pullberg, Paris,  Editions Payot, coll. « Traces » , 1976, P. 201. 

2. Gilles Deleuze, Qu’est-ce que l’acte de création, conférence donnée à la FEMIS, 17/05/1987.

3. Yves Bonnefoy, Leçon inaugurale au collège de France le 4/12/1981, Paris, Collège de France, 1982, p 26. 

4. Pier Paolo Pasolini ,  in Entretien avec P.P.P avec J. Duflot, Paris,  Editions Gutenberg, 2007.

5. Yves Bonnefoy,  Leçon inaugurale au collège de France le 4/12/1981, Paris, Collège de France, 1982, p 26. 

6.  Yves Bonnefoy,  in Le Monde, propos recueillis par Stéphane Barsacq et Jennifer Schwarrz, Paris, 30/12/2011

 

 

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Maryline Alligier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.