Benjamin Adam et Thomas Cadène – “Soon”

Terre, 2151. La population a été divisée par dix, et survit tant bien que mal dans diverses cités-états auto-suffisantes, bulles sous serre laissant la nature reprendre enfin ses droits, elle aussi tant bien que mal. Alors que se prépare la mission Soon 2, qui part explorer le cosmos en quête d’une solution pérenne, un voyage sans retour. Simone, astronaute de la mission, emmène son fils Youri faire un dernier tour de la planète.

Ultime opus de la série « Visions du futur » chez Dargaud, et mis en scène par le duo Thomas Cadène et Benjamin Adam (en charge aussi du dessin), Soon s’attaque, non sans élégance, aux problèmes majeurs qui agitent (ou devraient agiter) aujourd’hui l’humain : une planète progressivement gâchée, que nos enfants devront au mieux réparer, et pour laquelle nous seront jugés.

Au bildungsroman touchant de Youri, qui grandit au fil du monde et découvre, par sa fuite, la nature autant que son propre corps et accède peu à peu (par la decouverte de soi) à l’acceptation du besoin de sa mère, se met en regard la catastrophe qui nous guette, nous, et la planète qui se détruit autant qu’elle renait, comme son héros.

Sur-consommation, pollution, typhons et catastrophes : l’ouvrage n’est pas tendre avec nos errements actuels. Jugement d’autant plus cruel qu’il prend la forme d’une sorte de docu-fiction : aux regard des chapitres colorés et monochromatiques (une couleur par chapitre) des aventures et errances de Youri qui permettent un état du « présent » narratif, se déploie sur fond noir des chapitres d’une forme plus pédagogique, égrenant tout autant les désirs de découvertes et de conquêtes de l’espace (les astronautes et spationautes, les découvertes, les différentes missions) que les bouleversements progressifs qui ont abouti à en arriver « là ».

Les tentatives vaines d’endiguer le mal, la catastrophe, les reconstructions bancales de la société : le gâchis, raconté comme une épopée, stimulante et amère, parce que documentée et plausible, et dont on ne peut que saluer tout à la fois la clarté, l’ambition et la documentation des deux auteurs rendant la lecture passionnante.

 

Passé/présent, destruction-renaissance, Soon devient alors l’histoire d’une triple initiation : intime (celle de Youri), mondiale (les chapitres « noirs ») et du lecteur, oscillant dynamiquement dans un sentiment de fascination entre la douceur et le doux-amer des différents pôles de cette rêverie dense à entrées multiples : faut-il sauver le monde ou en éviter la destruction ? Réparer ou explorer ? Rêver ou se confronter ? Quel pouvoir de résilience, à l’heure ou il est déjà peut-être trop tard ?

On pourra alors lui reprocher, sous son ambition maitrisée, son didactisme parfois un peu sage qui étouffe bien souvent l’action, n’osant jamais bousculer son ton descriptif au-delà du documentaire (les pages documentaires prenant progressivement le pas, par leur contenu, leur pédagogisme et leur densité, sur la « simplicité » de l’aventure de Youri), leurs résonances mutuelles constituant pourtant les instants les plus stimulants tout au long de cet imposant projet.

Il se dégage toutefois de ses belles pages en bichromie une forme sourde de mélancolie touchante, entre ce qui a été gâché et tente de revivre (la Terre, notre humanité) et ce qui se tisse et se dénoue (la relation mère-fils). De la colère à une possible réconciliation, du micro au macro, du sol aux étoiles, Soon est aussi le conte apaisant de ce lien brisé, avec notre planète autant qu’avec les siens.

Editions Dargaud, 240 pages, 27 euros. En librairie.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Jean-Nicolas Schoeser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.