Moomin et la folle aventure de l'été – Maria Lindberg

Moomin, ses parents et sa soeur Mademoiselle Snork, vivent tranquillement leur vie de Moomins (petits trolls finlandais) jusqu’au jour où l’entrée d’un volcan en éruption et l’inondation qui s’en suit les contraint à fuir leur belle vallée. Ils trouvent refuge dans un théâtre flottant, auprès de la concierge Emma, mais un soir, le théâtre largue les amarres en laissant Moomin et sa soeur endormis seuls dans un arbre. c’est ainsi que commence pour eux, la folle aventure de l’été…


Moomin est un personnage crée en 1945 par Tove Jansson, dessinatrice finlandaise, qui est devenu un succès international, depuis l’Europe jusqu’au Japon grâce aux bandes dessinés que Tove Jansson a réalisé avec son frère Lars Jansson. Parc d’attractions en Finlande, cafés au Japon, produits dérivés en tous genres, l’engouement pour Moomin n’a cessé de croître depuis sa création.
Entre 1978 et 1982, Tove Jansson travaille en co-production avec le Film Polski, agence gouvernementale de production polonaise, à l’élaboration de près de quatre-vingt épisodes d’une série animée Moomin. Hélas la série ne sera pas distribuée pendant plus de vingts ans. Tom Carpelan, alors à la tête d’une société de distribution finlandaise, en récupère les droits en 2006 : le choix est fait de restaurer les 78 épisodes et de les remonter afin d’en faire un long métrage, Moomin et la folle aventure de l’été. Originellement la série comportait la voix d’un narrateur, mais avec le scénario écrit pour le nouveau montage il a été décidé d’ajouter des dialogues : les Moomin prennent la parole !


Le film est un mix élégant entre stop motion et papiers découpés, où les faux volumes et les décors en 2D sont de grande qualité. Les personnages faits de feutrine ou de tissus, et les couleurs très pastels identifient un style visuel poétique et doux. 
L’histoire est en fait deux histoires : la première partie dans la vallée nous permet de rencontrer l’étonnante et attachante famille Moomin. Le père excentrique relativise étonnamment les choses (il se console ainsi de la perte d’un objet dans l’inondation de sa maison en expliquant qu’il trouvait de toutes façons ledit objet moche), la mère, dont le design de personnage rond et pâle est le même que celui des autres membres de la famille, est caractérisée par son tablier de cuisine et son sac à main qu’elle ne quitte jamais (éventuellement le cliché de la femme moderne de l’après-guerre) quant à Mademoiselle Snork, coiffée d’une belle frange blonde, elle suit son frère dans les aventures les plus folles. La seconde partie de l’histoire commence lorsque les enfants sont séparés de leurs parents, qui correspond à une peur fréquente des petits enfants d’être abandonnés par leurs parents. 


Véritable conte plein de péripéties et de rencontres avec des personnages tous hauts en couleurs, Moomin et la folle aventure de l’été est un film intemporel, tant au niveau de l’histoire que des images, qui devrait séduire dès le plus jeune âge (trois ans). Une suite, Moomin and the Comet Chase verra le jour en 2010.

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire