Nicolas de Crécy – "Période glaciaire"

 
Nicolas de Crécy nous plonge dans un futur lointain. Notre continent est gelé. Une expédition archéologique s’aventure dans ces contrées avec l’espoir de retrouver des traces du siècle de la « pré-congélation ».

L’équipe d’explorateurs, avec parmi elle des chiens qui parlent, essaie de reconstituer l’Histoire et la disparition de cette civilisation disparue. Un curieux bâtiment surgit des glaces, chargé de témoignages historiques et peuplé d’habitants étranges. Ces explorateurs ont découvert le musée du Louvre. Enfoui dans la glace, il a été déserté par les touristes. Il est désormais habité par ses œuvres et par un gardien congelé. Les œuvres du Louvre ont pris vie et guident les personnages dans l’exploration scientifique. Parmi elles, Mona Lisa, la « star du coin » s’est effacée à cause d’un excès de flashs. 
 
Au milieu de cette tonalité décalée, le lecteur voyage dans le temps auprès de personnages attachants. Les explorateurs ont chacun leur interprétation anachronique de ces œuvres, de cette époque jugée tour à tour décadente, surnaturelle, étrange. Ils croient au moins tenir le nom du continent gelé : l’Euro, se basant sur la découverte d’une pièce de monnaie frappée à ce nom.
 
Nicolas de Crécy (les amateurs d’électro connaissent son frère, Etienne de Crécy) inscrit cet ouvrage dans la tonalité de Léon la came (travail en collaboration avec Sylvain Chomet), et de Journal d’un fantôme. Ce jeune talent qui a sorti sa première BD en 1994 a marqué ce genre par son empreinte. Ses histoires ont en commun un côté loufoque, mais d’un point de vue technique il multiplie les styles : dessin noir et blanc, peinture, etc.
 
Dans Période glaciaire, qui a été co-édité par le musée du Louvre, Nicolas de Crécy apporte, au-delà de la dimension décalée, une réflexion sur le travail d’historien et sur l’art. Dans cette histoire attachante, le patrimoine artistique se juxtapose à la fiction. Cette BD qui peut se lire à tout âge, se démarque de la vision « académique » du musée du Louvre et de ses trésors, pour en donner une approche ludique et vivante. Les planches originales de cette BD ont fait l’objet d’une exposition temporaire dans le musée en 2009, exposant Nicolas de Crécy aux côtés des illustres « habitants » du musée.

 
 
 Découvrez le blog du Monocle
 
 

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire