Concours Universal / Culturopoing : des blu-ray “Kubo et l’armure magique” à gagner

Une nouvelle fois, le studio Laïka nous ouvre les portes du rêve et de l’évasion.

Depuis Coraline, Laïka nous offre  parmi les plus belles œuvres d’animation du cinéma américain. Irréductibles, il constitue l’un des des derniers remparts à l’industrie dominante des images de synthèse, poursuivant courageusement leur art du stop motion, de la création de marionnettes animées que l’on peut toucher, manipuler, de l’élaboration d’époustouflants décors. A ce titre, leurs génériques de fin  dévoilent en général l’envers du décor, montrant les animateurs au travail, les créateurs en action. Il y a quelque chose de presque héroïque dans ce sacerdoce du studio à poursuivre dans la même voie à l’heure où l’on cherche à formater le cerveau des enfants en vision uniques de visages clônés et laids de Reines des neiges et autres produits de Noël.

Eux, persistent risquant leur disparition à chaque nouveau long métrage.

Cette fois, Kubo mêle un peu plus l’animation par ordinateur à la traditionnelle, mais la fusion opère à merveille. Après l’excellent Paranorman et le beau Boxtrolls voici donc venu le splendide Kubo, un conte asiatique qui ne sombre jamais dans l’exotisme pour suivre le parcours initiatique de ce petit héros devant lever une malediction armé de son courage et de ses talents de conteur. Moral sans être moralisateur Kubo évoque de manière subtile la valeur des mots, de la spiritualité et de l’Art contre les préjugés et le Mal. C’est d’ailleurs ce que suggère son titre original Kubo and the two strings, avec des notes, de la musique pour apprivoiser le monde.  S’il parle de la beauté des racines et de celle de l’amour parental, il n’en élude pas pour autant la tristesse du deuil et le travail de mémoire. Avec ses diverses possibilités de lecture, les spectateurs de tous âges sont aux anges. De plus, le studio Laïka fait partie de ceux qui emploient le mieux la 3D, une 3D sans gadget, immersive, qui rend plus palpable les vagues déchainées, la profondeur d’une maison, le vent dans les voiles.  Visuellement, Kubo est hypnotique, respectueux de la tradition du conte asiatique qu’il illustre, et probablement le plus ambitieux des films du Studio.
Nous sommes donc ravis de vous faire gagner des exemplaires du Blu-Ray 3D de Kubo, si vous répondez aux questions suivantes avant le 15 février 2017 , 0h00.

71p70z6wqfl-_sl1290_

[contact-form][contact-field label=’Nom’ type=’name’ required=’1’/][contact-field label=’Prénom’ type=’name’ required=’1’/][contact-field label=’Adresse’ type=’textarea’ required=’1’/][contact-field label=’Code Postal’ type=’text’ required=’1’/][contact-field label=’Ville’ type=’text’ required=’1’/][contact-field label=’E-Mail’ type=’email’ required=’1’/][contact-field label=’Quelle chanson reprend Regina Spektor pour le générique de fin de Kubo ?’ type=’textarea’ required=’1’/][contact-field label=’Quel est le point commun entre Mad Max 4 et Kubo ?’ type=’textarea’ required=’1’/][contact-field label=’Avant Coraline, quel film fit connaître Henry Selick (mais écrasé par une autre paternité) ?’ type=’textarea’ required=’1’/][contact-field label=’Question subsidiaire : combien serez vous de héros dans l%26#039;âme à croire encore à la force alchimique de la musique et de la culture ?’ type=’textarea’ required=’1’/][contact-field label=’Je possède un lecteur blu ray’ type=’checkbox’/][contact-field label=’Nouveau champ’ type=’text’/][/contact-form]

 

A propos de Olivier ROSSIGNOT

4 comments

Laisser un commentaire