Concours Le Pacte / Culturopoing : des DVD et des Blu-ray de “Thelma” de Joachim Trier à gagner

Un homme et une fillette marchent seuls sur un lac gelé. Un poisson nage dessous la couche de glace. L’homme dirige son fusil vers une biche, puis vise sa fille, qui ne le voit pas. La biche part, le fusil se baisse, l’enfant regarde son père. Scène d’ouverture en flash-back qui imprégnera tout le film : le père veut-il protéger le monde de sa fille Thelma, ou l’inverse ?

Nous suivons donc les pas de Thelma (Eili Harboe), pour ses débuts en faculté à Oslo.Vivant seule pour la première fois, et loin de la maison familiale isolée en campagne, les appels de sa mère (Ellen Dorrit Petersen) scrutent sa nouvelle vie à distance. Un jour, elle est prise de crises qui ressemblent à de l’épilepsie, qu’elle leur cache, ne voulant pas les inquiéter. Livrée à elle-même, elle prend ses marques auprès de nouveaux camarades comme Anja (Okay Kaya), malgré ses angoisses, ses attirances et ses peurs. Sur le thème de l’entrée dans l’âge adulte, de ses flottements où chaque larme résonne comme une tragédie, le cinéma ne nous avait offert depuis longtemps une œuvre aussi forte, aussi pure, camouflant la douleur sous l’infinie douceur de sa forme et de sa narration. Dans ce grand film sur le refoulé qui se matérialise, l’apocalypse intérieure extériorise le chaos. Par le biais du fantastique, la métaphore flamboie.

Thelma est donc une cousine des grandes héroïnes charnelles comme le fut l’Irena de La Féline, peut-être plus encore Nastassjia Kinski chez Paul Schrader que Simone Simon chez Jacques Tourneur. Comme dans Grave de Julia Ducournau, le spectateur découvre avec l’héroïne ses changements : l’épouvante s’entremêle à la folle émotion de sa vraie naissance, mais avec une grande douceur cette fois-ci. Du respect de l’interdit, Thelma passe à la conscience d’elle-même, de ses traumas, du poids de l’éducation. La première étape de la rébellion : savoir entendre l’appel de ses profondeurs. Aussi hypnotique que le fut Oslo 31 août, Thelma, c’est un peu Carrie revisité par Ingmar Bergman.

En partenariat avec Le Pacte, nous sommes heureux de vous faire gagner des DVD et des Blu-ray de ce film, si vous répondez à ce questionnaire avant le 18 avril, 23h59. Bonne chance !

La chronique entière de Carine Trenteun et d’Olivier Rossignot sur Thelma.

A propos de Carine TRENTEUN

Laisser un commentaire