Concours Elephant / Culturopoing : la nouvelle vague du cinéma iranien

Coup de projecteur sur la nouvelle vague du cinéma iranien ce mois-ci chez les éditions Elephant !

On se souvient de l’engouement du public, il y a quelques mois à peine, pour Petit Paysan d’Hubert Charuel, premier film français particulièrement original et prometteur mettant en scène les déboires d’un jeune agriculteur. Or le traitement fantastique d’un sujet a priori cantonné au registre réaliste – la relation d’un paysan à ses bêtes – n’est pas sans rappeler l’intrigue de La Vache, film de Dariush Mehrjui, sorti en 1969 en Iran. C’est avec cette œuvre révolutionnaire que le réalisateur, à l’aube des années 70, se fait connaître dans le monde entier et permet au cinéma iranien d’acquérir une visibilité internationale. Nous vous invitons à découvrir, film inclassable et splendide, La Vache a connu une réception aux rebondissements étonnant. Il emprunte autant au néo-réalisme qu’à l’expressionisme et à la mystique soufie.

Réalisé également par Dariush Mehrjui  en 1996, Leila est  un beau drame familial et intimiste. Leïla et Reza forment un jeune couple attachant au sein duquel règne une tendre complicité. La nouvelle de la stérilité de Leila, loin d’éloigner Reza de sa femme, renforce encore son amour à l’égard de celle qu’il a épousée. Mais les efforts conjoints d’une belle-mère obsédée par la descendance de son fils, et d’une Leila prête à tous les sacrifices pour ne pas entraver son mari, viendront mettre à mal l’harmonie de ce couple. Adoptant un registre original, à mi-chemin entre le réalisme et le fantastique, le réalisateur représente avec délicatesse la détresse d’une jeune femme qui perd pied avec le réel, comme en témoignent son isolement et son effacement progressifs.

Dans le drame social émouvant et poétique qu’est Le coureur (1984) Amir Naderi s’attache à dépeindre le quotidien et les espoirs d’un jeune orphelin vivant sur les bords du golfe persique. S’essayant à toutes sortes de petits métiers, Amiro lutte pour sa survie sans jamais abandonner ses rêves et son désir d’apprendre et de s’élever.

Enfin, considéré comme l’un des films les plus importants d’Abbas Kiarostami, ardemment défendu par Nanni Moretti, Close-up (1990) propose à travers l’histoire d’une incroyable imposture une réflexion vertigineuse sur le cinéma en détournant les codes de la fiction et du documentaire.

Si vous voulez tenter de gagner l’un des combos DVD – Blu-ray proposé par les Editions Elephant, il vous suffit de répondre à ce questionnaire avant le 21 avril, 0h00.

A propos de Culturoconcours

Laisser un commentaire