Concours Culturopoing/ ESC – “Terreur sur la ligne” et ” Les Ailes de la renommée”

Parce qu’il l’a méprisé, Brian Smith, un jeune écrivain inconnu, abat la star César Valentin avant d’être tué à son tour, écrasé par un projecteur. Morts, ils sont conduits sur une île où les privilégiés sont ceux dont la gloire demeure dans les esprits. Dans une atmosphère d’ennui et de haine chacun vit là avec la peur de perdre sa célébrité…

Les ailes de la renommée, étrange film fantastique sélectionné en 91 au festival d’Avoriaz, est la seule réalisation de Otakar Votocek pour le cinéma. Dommage, cet auteur hollandais impose un univers graphique singulier, jamais gratuit, au service d’une fable politique et sociale, à la fois onirique, féerique et cruelle. Au côté des anglais, Colin Firth et Peter O’Toole, on retrouve, non sens une pointe d’émotion, la présence de Marie Trintignant, dans un de ses rôles les plus troublants.

Au cours d’une soirée où elle garde les enfants d’un couple marié, une baby-sitter se fait harceler au téléphone par un inconnu qui lui pose systématiquement la même question : « êtes-vous allée voir les enfants ? ». De plus en plus inquiète à mesure que les appels se succèdent, la jeune femme décide de contacter la police.

Premier long métrage de Fred Walton, auteur de l’excellent Week-end de terreur (April fool’s day), Terreur sur la ligne (When a stranger calls) étonne par sa construction en trois actes , déconcertant pour les spectateurs, habitués à des slashers plus conventionnels. Après une ouverture tétanisante, illustrant à merveille l’une des légendes urbaines les plus traumatisante, le film de Fred Walton bifurque vers une enquête policière plus routinière mais intéressante, menée par un Charles Durning, doublé d’un portrait très juste d’un psychopathe dérangé mais à l’humanité troublante

En partenariat avec Esc, si vous souhaitez gagner trois exemplaires  DVD de Les ailes de la renommée et Blu Ray / DVD de Terreur sur la ligne , il vous suffit de répondre aux questions suivantes.

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire