Wang Quanan – “La femme des steppes, le flic et l’œuf (Öndög)”

Dans la steppe de Mongolie, le corps nu d’une femme gît au milieu de nulle part. On ne sait pas bien si c’est le milieu de nulle part ou le centre du monde d’ailleurs, tant le paysage domine visuellement, comme une toile de fond écrasante, soumettant les quelques acteurs à des rôles de silhouettes lointaines et anonymes. Une patrouille de flics passe par là. La nouvelle recrue est désignée pour surveiller le cadavre pendant la nuit. Des loups rôdent et le froid envahit la plaine plongée dans l’obscurité et le silence. Heureusement pour ce jeune policier, une bergère équipée d’un fusil et d’un chameau, vient lui apporter chaleur et sécurité.

© Diaphana Distribution

Si les premières minutes ont l’air de semer les graines d’un thriller policier, assez vite, le film, comme un sol aride et capricieux, en décide autrement. On ne saura pas qui était cette femme, ni ce que son corps faisait nu et inerte dans la steppe. Plutôt que de fonder une intrigue, ce cadavre sans histoire semble n’être présent dans ce décor que pour y figurer la mort et le mystère.

Avec Öndög, Wang Quanan prouve, non que cela soit forcément nécessaire, que la simplicité peut être profondément énigmatique. Son film, aussi minimaliste que complexe, tient ce double caractère par sa façon de capter la vérité d’un lieu, de balayer différentes histoires, d’effleurer au passage leurs trajectoires variées, comme s’il était guidé par un vent propre à cet endroit. Ces mouvements incertains procurent un sentiment de chaos tranquille. Dans cet espace dépeuplé, la vie, l’amour et la mort se côtoient avec un charme étrange, sous des lois particulières. La femme des steppes, le flic et l’œuf est une poésie dépaysante livrée avec tendresse et détachement.

© Tous droits réservés. Culturopoing.com est un site intégralement bénévole (Association de loi 1901) et respecte les droits d’auteur, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos visibles sur le site ne sont là qu’à titre illustratif, non dans un but d’exploitation commerciale et ne sont pas la propriété de Culturopoing. Néanmoins, si une photographie avait malgré tout échappé à notre contrôle, elle sera de fait enlevée immédiatement. Nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur – anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe.
Merci de contacter Bruno Piszczorowicz (lebornu@hotmail.com) ou Olivier Rossignot (culturopoingcinema@gmail.com).

A propos de Anna Fournier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.