Un autre monde dans notre monde- exposition

Jusqu’au 16 juillet, la toujours pointue et pertinente Galerie du Jour Agnès B, propose de revenir sur un phénomène (contre)culturel passionnant qui agita les années 60 : le Réalisme magique, soit Un autre monde /// dans notre monde, une exposition collective, accompagnée de colloques autour de ce mouvement incontournable bien que largement occulté aujourd’hui, à la fois intellectuel et pop, initié durant les années 1960 par Louis Pauwels et Jacques Bergier, à travers leur ouvrage Le matin des magiciens et la revue Planète.

Planète 19La science moderne nous apprend  qu’il y a derrière du visible simple, de l’invisible compliqué.   L. Pauwels & J. Bergier, Le matin des magiciens. Durant toutes les années 1960 et une bonne partie des années 1970, se développa en France un phénomène éditorial et culturel sans précédent :  le réalisme fantastique. Sorte de petit frère mutant du surréalisme, dont il a hérité le caractère avant-gardiste, ce mouvement va engendrer en quelques années une véritable culture de masse, à la fois populaire et savante. Succès de librairie retentissant dès sa sortie, le livre de Louis Pauwels et Jacques Bergier, – sous-titré Introduction au réalisme fantastique – fut traduit en plusieurs langues et relayé de 1961 à 1968 par la revue Planète, créée dans la foulée par ses auteurs (et elle aussi adaptée en différentes versions étrangères) afin de répondre à la demande et aux questions d’un lectorat nombreux et avide de découvertes, mais aussi aux divers détracteurs des thèses exposées dans Le matin des magiciens. La revue Planète pouvait se prévaloir de publier des auteurs aussi prestigieux que Jorge Luis Borges, H. P. Lovecraft, Federico Fellini ou René Alleau. En résumé, on peut dire que le réalisme fantastique consiste à débusquer le fantastique au cœur même du réel, et non à travers tel ou tel phénomène prétendument surnaturel. Il s’agit d’une démarche basée sur la rationalité qui nécessite néanmoins une certaine ouverture d’esprit – une forme d’éveil –, et qui préconise la méfiance envers toute forme de dogmatisme. Elle repose sur le constat que plus les sciences et la connaissance progressent, plus on prend conscience que la réalité elle-même est tout bonnement fantastique. Elle met également en lumière le fait que la fiction nourrit, inspire et in fluence souvent le réel, tout en l’informant par antici- pation sur ses devenirs potentiels.

Un-autre-monde-Dans-notre-monde-qu-est-ce-que-le-realisme-fantastique_full_news_largeUn autre monde /// dans notre monde est une proposition aux croisements de l’art et des techno-sciences, de l’anthropologie et de l’alchimie, de l’ésotérisme et de la physique quantique, de l’avéré et de l’imaginaire. Faire dialoguer archives, oeuvres et documents d’époque avec la création et la pensée les plus contemporaines. Questionner tous azimuts de nombreux secteurs de la connaissance, aux frontières de la science, de la tradition, du fantastique, de la science-fiction et in fine… du réel. Ce projet est une proposition du talentueux binome Jean-François Sanz et Farid Lozès, responsables (notamment) de l’exposition Des Jeunes gens Mödernes dont fut issu le tout aussi intéressant film éponyme (cfhttp://www.culturopoing.com/cinema/les-jeunes-gens-modernes/20151117). Pitch : À l’échelle du cosmique, seul le fantastique a des chances d’être vrai.  Teaser : https://vimeo.com/166372851 

_DSC3381 Abdelkader Benchamma The Battle of Los Angeles, 2016. Fusain sur papier et mur. Courtesy de l’artiste et galerie du jour agnes b.

Le co-curator de l’exposition est Pascal Pique, fondateur du Musée de l’invisible (lemuseedelinvisible.org). Il prône un retour de l’Invisible, inspirant divers artistes et auteurs. Quand les médiums artistiques deviennent médiums tout court et inversement. Artistes et intellectuels investiguent autour de certaines réalités mystérieuses, inhérentes à la création : perceptions extra-sensorielles, hypnose, médiumnité, voyance, télépathie etc. Autant de formes étendues de la conscience et de la mémoire que l’art et la poésie nous permettent de percevoir. Et parfois même d’expérimenter. Depuis 2014, le Musée de l’Invisible s’attache à revoir et à repenser la relation entre art et Invisible en expérimentant de nouvelles triangulations entre l’approche rationnelle et scientifique, la création artistique et les cultures de l’Invisible. https://vimeo.com/172740371

_DSC3401Vue de l’exposition Un autre monde ///dans notre monde- Courtsey galerie du Jour, Paris. Photo Rebecca Fanuele.

A ceux que le Hasard conduira à lire l’article aujourd’hui -mais comme dirait Einstein, le Hasard, c’est Dieu qui se promène incognito– demain last not least :
 DERNIERE TABLES RONDE DU COLLOQUE :

Samedi 2 juillet • 15h • Maison de la poésie Poétiques de l’Invisible – Premières rencontres Art & Médiumnités du Musée de l’invisible. Avec Philippe Deloison (artiste), Marion Laval-Jeantet (artiste et sociologue), du Père François Brune (théologien), de Myriam Mechita (artiste) et Sébastien Bras (hypnotiseur), Dominique Lestel (philosophe éthologue).http://www.maisondelapoesieparis.com/events/poetiques-de-linvisible/

 

 

 

 

A propos de Xanaé BOVE

Laisser un commentaire