Mort de Merce Cunningham, chorégraphe américain, à l'âge de 90 ans

Il faut croire que cet été 2009 est particulièrement meurtrier pour les monstres sacrés de la danse contemporaine… Après Pina Bausch fin juin, c’est au tour de Merce Cunningham de disparaître, à un âge certes beaucoup plus avancé (il était né en 1919), mais qui ne l’empêchait pas de continuer à être créatif, à défaut de pouvoir encore danser lui-même (cette année, il avait créé la pièce Nearly Ninety, en référence à son âge, justement).

Si la chorégraphe allemande laissera une trace indélébile dans la paysage de la danse du 20ème siècle (et un peu du 21ème), alors que dire de son aîné américain ? Son influence sur plusieurs générations de chorégraphes parmi les plus inventifs et audacieux de ces 60 dernières années est tout simplement phénoménale (à commencer par Pina Bausch elle-même). Cunningham fut, à ses débuts, l’élève et le danseur de la grande Martha Graham, déjà une pionnière, mais, dès ses premières pièces, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il emmena probablement la danse là où elle n’avait jamais osé complètement s’aventurer, même avec Graham : vers l’abstraction, l’aléatoire et l’objectif. Objectif au sens où, par exemple, il laissera au hasard et au livre chinois du Yi King le soin d’édifier sa chorégraphie de 1951, Music for Changes. Beaucoup plus tard, dans les années 2000, il fera appel à l’informatique et à des logiciels ad hoc pour écrire de nouvelles pièces.

Merce Cunningham
Merce Cunningham

Avec Cunningham, on était très loin de l’académisme des corps de ballet classiques et l’Américain n’a eu de cesse, sa vie durant, de construire des ponts extrêmement fructueux avec des artistes venus d’autres disciplines, jusqu’alors souvent très éloignées de la danse. Evidemment avec des musiciens mais les musiciens en question, qu’ils se soient appelés Morton Feldman ou surtout John Cage, dont le rôle dans la carrière de Cunningham fut prépondérant, n’étaient pas de ceux dont les oeuvres étaient alors jouées dans les opéras. Il était également très proche de certains plasticiens comme Jasper Johns ou Robert Rauschenberg et, d’une façon générale, à l’écoute des artistes les plus novateurs, comme lui-même le fut dans son art.

Né dans l’état de Washington et mort à New York ce 27 juillet, fondateur de la Merce Cunningham Dance Company basée en Caroline du Nord, Merce Cunningham était à la fois profondément américain (et même très new yorkais) et pourtant éminemment universel, comme en témoigne la liste impressionnante des prix et distinctions reçus dans le monde entier (parmi lesquels la Légion d’Honneur, en 2004).

Un extrait de la pièce Variations, sur la musique de John Cage :

A propos de Cyril COSSARDEAUX

Laisser un commentaire