The Witches – "Lord Gallaway's Delight : Danses et Laments gaéliques des 16e et 17e siècles"

Ensorcellements d’hiver
 
 
La musique irlandaise la plus familière est celle des danses, des jigs. Eminemment reconnaissable, aussi, dans les feuillets des plus sombres lamentations, la touche gaélique marque en creux cette nouvelle proposition des sorcières bien aimées.
 
Je dis Galloway, et hors de l’oubli où quelque voie dispose, désunité des temps et des lieux, éclôt une rivière qui est une danse. Elle prend sa source dans le creuset musical celtique, où s’embrasent et s’embrassent des sonorités irlandaises, écossaises ou mannoises, universelles et si particulières à la fois.
 
Les Witches nous ont charmés autrefois; Fortune (1997) et Nobody’s Jig (2002) vibraient d’une patte hardie et caressante sur les contours d’un monde qu’elles explorent sous des aspects divers et toujours étonnants. Siobhán Armstrong et ses comparses se livrent ainsi à l’interprétation de lamentations délicieuses, qui empruntent aux tonalités défaites et superbes de partitions encore une fois exhumées avec succès. L’unité de ton qui caractérise ces pièces leur donne de réussir une synthèse heureuse, et efficace, entre la personnalité qui se dégage des interprètes et leur signature d’ensemble. Il faut tout particulièrement saluer le son de la flûte et du violon (Claire Michon, Odile Edouard). Le subtil équilibre qui se dégage de l’alliance d’une franche authenticité et du soin apporté à la restitution des émotions.
 
The Witches – Lord Gallaway’s Delight : Danses et Laments gaéliques des 16e et 17e siècles. 
Invités : Siobhàn Armstrong, harpe irlandaise. CD publié par Outhere
 
 

A propos de Axelle GIRARD

Laisser un commentaire