513pni9gfpl
Le Violoncelle dans l’avenir 
5 heures 50.
C’est à la fois très et trop peu à la fin. Que vous parliez français ou anglais, l’essentiel n’est pas de lire la musique, mais de l’entendre.
Et qu’on le veuille ou non, ces histoires de violoncelle captent l’ouïe et l’essence de l’émotion qui croît, défile, des pages. Cello Stories, c’est la pochette surprise de cette fin d’année signée Alpha. La musique naît de la juxtaposition des sons des images et du récit, qui formulent une archéologie tangible de l’instrument au fil des siècles. On se régale au voisinage des images : peintures, gravures ou traités.
Sans jamais chercher à simuler une impossible exactitude, cette chronologie à double sens mérite qu’on s’y attarde. Parce qu’elle est le résultat d’une recherche étonnamment dense et exigeante, à l’heure où la musique risque plus que jamais de devenir un bien de consommation parmi d’autres. Elle témoigne aussi d’un effort ô combien payant, pour rendre accessible une épopée à la fois infiniment riche et complexe aux multiples dimensions.
Au-delà du récit et du répertoire, des interprètes actuels – Bruno Cocset, Richard Myron –  et des compositeurs antérieurs – Bonizzi, Frescobaldi, Bach ou Boccherini – c’est le violoncelle lui-même qui fait l’objet d’une étude au sens musical du terme. Ausculté sous toutes ses formes, et par le prisme de sa relation spéciale avec le(s) violon(s), l’instrument y est analysé du point de vue de la texture et de la production du son, du sens.
A Rome et à Londres, à Bodène et Amsterdam, le violoncelle accouche des chefs d’œuvre d’Europe et du monde musical.
Dans un beau livre de 200 pages richement illustrée, le passionnant texte de Marc Vanscheeuwijck vient accompagner les interprétions lumineuses des Basses Réunies… à moins que ce soit le contraire. Un magnifique coffret, tout en miroir.

Cello Stories /Une histoire du violoncelle au XVIIe et XVIIIe siècles / Bruno Cocset, Les Basses Réunies – 5cd Alpha + livre 200 pages

A propos de Axelle GIRARD

Laisser un commentaire