Snow Patrol – "A hundred million suns"

Snow Patrol revient, deux ans après Eyes Open et son grand tube Chasing Cars repris dans la série américaine Grey’s anatomy. Le groupe, après les séances d’enregistrements de Berlin avec Jacknife Lee, producteur de Bloc Party, Kasabian, U2, déclare qu’il s’agit ici de leur meilleure production…

Au premier abord, il s’agit bien de Snow Patrol : une voix unique et intense dans son expression, une rythmique irréprochable alliant moments intimistes et explosions sonores, et la reprise des astuces pop des précédents albums. Les premières pistes If there’s a rocket tie me to it, Crack the shutters, Take back the city et Please just take these photos from my hands ressemblent beaucoup donc au précédent album avec peut-être l’inspiration en moins et une impression de rester sur sa faim. La construction mélodique et harmonique est efficace et l’alternance de moments doux aux guitares sèches et rythmique minimaliste avec des moments à tension harmonique forte est séduisante mais on ne retient pas vraiment de thème musical à fredonner comme dans les précédents albums mais peut-être est ce volontaire.

Avec Lifeboats et The golden floor, le groupe se lance dans quelques aventures musicales intéressantes mais rendant les titres un peu plus rugueux à l’écoute : moins de sentimentalisme dans la voix, rythmique terriblement minimaliste nous rappelant 15 steps de Radiohead avec des essais sonores particuliers mais ne collant pas forcément avec la voix du chanteur, à croire qu’ils s’essaient vraiment à autre chose.

Cette impression se confirme avec The planets bend between us et Set down your glass. Le dépouillement sonore est poussé encore plus loin et ne reste qu’un fonds sonore et rythhmique léger mais structurant et une voix profonde de couleurs. Même s’il s’agit de ballades romantiques, l’intérêt musical est manifeste, comme quoi…

La dernière piste, The lightning strike est emblématique par ses 16 minutes. Composée de trois moments à peu prés distincts, elle déconcerte à premier abord puisqu’on a la sensation d’entendre trois titres différents alors que finalement on finit par le premier thème. Ce titre révèle peut-être le meilleur de Snow Patrol avec ce savoir-faire de construction musicale et cette intensité vocale propre au chanteur.

Que penser en fin de compte de cet album ? La première écoute n’est pas forcément décisive, il faut peut-être savoir rentrer dans l’univers musical que propose le groupe ici. Tout dépend donc de la démarche d’écoute. Soit on est déçu puisque l’on voulait retrouver les précédents albums soit on accepte de se laisser transporter avec tous les risques que cela sous-entend.

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire