Mort de la chanteuse argentine Mercedes Sosa à 74 ans

Pourquoi l’Argentine pleure-t-elle aujourd’hui ? Pas seulement parce que l’Argentine pleure souvent contrairement à ce que recommandent les célèbres paroles : "Don’t cry for me Argentina" ! L’Argentine pleure aujourd’hui Mercedes Sosa, "sa" chanteuse. Des pleurs et plus encore. Comme dans un vieux couple, quand l’un des deux meurt. Car ce pays, après s’être marié avec Eva Perón, avait épousé en secondes noces, il y a bien des années, cette chanteuse. Un mariage qui semblait écrit dès la naissance de Mercedes Sosa le 9 juillet 1935 dans la plus petite province Argentine, Tucumán, là où fût officiellement proclamée l’indépendance du pays le… 9 juillet 1816.

Mais naître un jour de fête nationale ne serait qu’un détail si cette femme n’avait été toute sa vie une sorte de miroir de la société argentine. Elle est de parents modestes et surtout de sang métis, origines qu’elle n’a jamais reniées. C’est de là que lui venait son surnom de "Negra", un surnom sur lequel il est intéressant de s’arrêter quelques instants. Dans une dépêche de l’AFP  annonçant sa mort, "Negra" est traduit par "négresse" ! Sur le site du Figaro, on nous explique que son surnom venait de son "épaisse chevelure noire" ! Non, en Argentine, une "negra" ou un "negro", c’est généralement quelqu’un de métis. Un terme qui peu s’employer de deux façons. Une forme tendre, gentille, parfois condescendante utilisée aussi avec un diminutif : "negrita" ou "negrito".

Mercedes Sosa

Mais il existe un autre emploi de cette expression, souvent injurieux et raciste, utilisée envers ceux qui viennent du nord du pays, comme Mercedes Sosa, mais aussi de Bolivie ou du Pérou, c’est-à-dire ceux qui ont du sang indien. Car l’Argentine est un pays "presque" blanc, un pays qui se croit européen. Les indigènes accusés des pires choses (*) ont pratiquement tous été massacrés au 19ème siècle par le sinistre Julio Argentino Roca dans ce qui ne s’appelait pas encore de la "purification ethnique". Un génocide que les Argentins ont encore du mal à reconnaître. Je me souviens d’un graffiti dans le centre de Buenos Aires qui disait : "Mejor un mayo francés que un Julio Argentino !" ("Mieux vaut un mois de mai français qu’un juillet argentin !").

Bien sûr, "Negra" n’est qu’un mot, mais dans la société Argentine d’aujourd’hui, il est souvent associé à tous les maux. Parce qu’avoir du sang indigène est souvent synonyme de pauvreté, de violence… La Negra revendiquait ses origines sans aller jusqu’à militer pour un peuple que certains ne veulent plus voir exister. Sa musique n’était pas celle du tango ou du folklore de Tucumán, pas plus que celle des jeunes ou des vieux. Sa musique était métisse et c’était aussi peut-être le sens premier de son surnom de "Negra". C’est autour de ses chansons que le peuple argentin, et plus généralement l’Amérique Latine, pouvait se réunir sans se déchirer.

Mais cette fille de la fête nationale, a aussi épousé, parfois sans le vouloir, l’histoire de son pays. Un peu Péroniste dans sa jeunesse ou à la fin de ses jours, avec les époux Kirchner, elle tombe un jour par hasard sur un livre qui éveille son sens social. Elle deviendra, là aussi, un peu communiste. Mais jamais elle ne prendra les accents, les rites et coutumes de la gauche de l’époque. Pourtant, la dictature la condamnera à s’exiler après lui avoir interdit de chanter. Elle ira vivre à Paris, dont elle ne gardera pas un très bon souvenir, avant de s’installer rapidement à Madrid, dans l’Espagne de la Movida de la fin des années 70.

Mais même pendant son exil, elle ne se voudra jamais symbole politique mais juste illustration musicale de son époque. Et quelle illustration ! Parce que, si métisse était Mercedes Sosa, métisse était sa musique. Elle va suivre tous les courants musicaux. Il serait vain de tenter de vous détailler sa discographie comme le font toutes les nécrologies aujourd’hui. Internet est fait pour cela.

Voilà une attitude qui n'est pas pour nous déplaire...
Voilà une attitude qui n’est pas pour nous déplaire…

Mais la vie de Mercedes Sosa n’a pas été faite que de luttes, d’exils et de musiques. Il y a aussi une dimension humaine qui aura toujours attendri les Argentins.  Un peu indienne, un peu communiste, elle aura aussi été un peu religieuse, rencontrant le pape Jean-Paul II ou chantant au Vatican. Toujours tout faire "un peu" pour toujours rester comme "un oiseau libre", le titre de l’un de ses albums. Ces dernières années, elle apparaissait parfois sur les plateaux de télévision pour donner des interviews dans lesquels on sentait un autre drame de sa vie : la dépression, dont elle a souvent été victime, en particulier après la mort de sa mère. Encore un autre symbole fort pour les Argentins : la mère, la famille. Le texte mis en ligne ce matin par ses proches sur son site officiel en est toute l’illustration.

À l’heure où je vous écris ces mots depuis Buenos Aires, le ciel dominical ensoleillé s’est couvert. Les radios et les télévisions diffusent en boucle les chansons, les concerts et les interviews de la Diva. Des milliers d’Argentins font la queue devant le Congrès, où est exposée sa dépouille. Ils resteront certainement toute la nuit à attendre. Peut-être va-t-il pleuvoir. Mais ça ne changera rien. Ils ne rentreront pas chez eux. Mercedes Sosa est morte et c’est un symbole de plus de l’Argentine qui disparaît. Et l’Argentine, comme beaucoup de pays, a besoin de symboles. Il va être difficile d’en trouver d’autres aussi poétiques, aussi libres, non violents et optimistes. À moins que, gracias a la vida

(*) À ce propos, je vous engage à lire Trois ans chez les Patagons, d’Auguste Guinnard, aux Editions Chandeigne. Celui-ci y raconte sa captivité chez les Indiens d’Argentine, où il fût réduit à l’état d’esclave. Peut-être victime du syndrome de Stockholm, malgré ce que ses geôliers lui feront subir, il n’en reconnaît pas moins la force de la culture de ces peuples indigènes…

Gracias a la vida, certainement son titre le plus connu, issu du répertoire de Violeta Parra, grande chanteuse chilienne :

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire