Capuana Rubino Requiem Chœur de Chambre de Namur Leonardo Garcia Alarcon

Mario Capuana, Bonaventura Rubino : Requiem (Chœur de Chambre de Namur, Leonardo García Alarcón)

 

Alors que sous la pression de l’exigence de rentabilité tant des maisons de disques que des directeurs de salles et de festivals, les programmes tendent à s’uniformiser en rabâchant un répertoire sans risque, il est heureusement des musiciens et des labels qui conservent suffisamment de foi en la curiosité du public pour oser sortir des sentiers battus. C’est le cas, depuis 35 ans, de Ricercar auquel les mélomanes doivent bien des découvertes et celui de Leonardo García Alarcón qui a eu à cœur, depuis ses débuts de directeur d’ensemble, de proposer des raretés en parallèle d’œuvres adoubées par la postérité, souvent avec d’excellents résultats — on se souvient du succès torrentiel d’Il Diluvio universale d’un inconnu nommé Falvetti. Ce tandem nous propose aujourd’hui pas moins de deux Requiem inédits, témoignages a priori uniques de ce type de composition en Sicile.

Comme ce fut le cas pour l’exhumation des deux dialogues de Falvetti, la cheville ouvrière de cette aventure est le musicologue Nicolò Maccavino que l’on imagine volontiers œuvrant au milieu d’un monceau de partitions oubliées au sein duquel il parvient à dénicher des pépites avec un flair assez infaillible. Le nom de Bonaventura Rubino n’est cependant pas complètement inconnu des amateurs curieux de répertoire baroque, puisque Gabriel Garrido avait enregistré avec succès, en 1994 pour K617 (réalisation à rééditer), une reconstitution de ses Vêpres données en 1644 pour la fête du Santissimo Stellario de la Vierge. Ce compositeur né avec le XVIIe siècle en Lombardie était un minorite franciscain qui occupa le poste de maître de chapelle de la cathédrale de Palerme de 1643 à sa mort en 1668 tout en prenant une part active à la vie musicale de la cité en qualité de membre de l’Académie des Riaccesi. Il est l’auteur d’un dialogue sacré, La Rosalia Guerriera, dont la musique ne nous est pas parvenue, et de pas moins de sept livres de musique d’église dont le Quatrième, publié en 1653, nous transmet sa Messa di morti a 5 concertata enregistrée ici. Rubino, dans la préface de son Tesoro armonico (1645), avouait sans ambages son admiration pour Monteverdi et sa dette envers lui, et l’on sent, de fait, assez souvent planer l’ombre du grand Claudio dans cette messe qui recherche les effets dynamiques en recourant à des effets d’alternance de rythmes (tantôt dansants, tantôt plus retenus), de masses sonores (solos, duos ou trios vocaux/tutti) ou d’échos ; les plus de onze minutes de la Séquence offrent ainsi un catalogue d’effets assez impressionnant et son fractionnement en épisodes brefs et contrastés génère une forte impression de variété mais aussi de dramatisme tout à fait dans le goût de la seconda prattica, comme l’est également la volonté d’illustrer le sens des mots importants avec efficacité et inventivité — les frottements harmoniques du début du Lacrimosa sont, à ce titre, presque gesualdiens. Cette allégeance à la modernité ne fait cependant pas perdre à Rubino la conscience de l’héritage dans lequel il s’inscrit et l’on notera l’usage finalement assez raisonnable qu’il fait du chromatisme et l’attention qu’il porte aux intonations grégoriennes, souvent bien mises en valeur au début de chaque mouvement.

Avec Mario Capuana, on retrouve ces mêmes éléments de modernité mais sertis dans un flux musical beaucoup plus homogène, ce qui en modifie assez nettement la perception. Après écoute de la Messa di defonti a quattro voci publiée posthumément en 1650 que nous révèle ce disque, on aimerait en savoir (et en entendre) plus sur ce musicien très chichement documenté par les archives, dont on ignore la date de naissance mais dont les minutes notariales nous apprennent qu’il avait fait son droit et qu’il vivait à Noto en Sicile où il prit femme et occupa, dès 1633, les fonctions de « maître de chapelle de l’Illustrissime Sénat et Dôme » qu’il devait conserver jusqu’à sa mort, survenue entre la toute fin de 1646 et le 5 mai 1647, date à laquelle un reçu de paiement désigne son épouse du nom de veuve. Tout comme Rubino, donc, Capuana s’est mis à l’écoute de la leçon monteverdienne et il fait son miel de madrigalismes, d’alternances de nuances (forte/piano), d’effectifs et de dynamiques pour enrichir et soutenir l’avancée et l’intérêt de son discours ; mais ce qui frappe surtout, c’est son sens de la continuité musicale qui atteste incontestablement de sa connaissance des maîtres de la polyphonie de la Renaissance dans la lignée desquels il se place. On notera ainsi sa capacité à procéder à des rappels d’un mouvement à l’autre par la circulation de motifs récurrents ou à créer de saisissants à-plats sonores qui génèrent une intense sensation de plénitude comme, par exemple, dans le Pie Jesu. Pour employer une métaphore picturale, on dira que Rubino peint à pleine pâte avec un indéniable talent de coloriste, quitte à sacrifier quelquefois l’impression d’ensemble à celui-ci, tandis que Capuana se révèle un peintre de chevalet beaucoup plus fin dans le détail, avec un sens plus développé des variations subtiles de l’air et de la lumière — Giovanni Benedetto Castiglione d’un côté, Claude – le Lorrain – de l’autre.

Les affinités de Leonardo García Alarcón avec la musique italienne n’étant plus à démontrer, les attentes que faisaient naître cette réalisation étaient fort logiquement élevées, d’autant qu’elle était précédée d’échos très favorables de la part de ceux qui avaient assisté à la recréation des deux œuvres en juillet 2014. À quelques menus détails près, cette interprétation est aussi accomplie que l’on pouvait le souhaiter. Il convient tout d’abord de signaler l’intérêt des deux partitions exhumées qui entretiennent entre elles suffisamment de relations pour nous faire percevoir l’évolution stylistique qu’elles incarnent mais dont les différences sont également assez marquées pour maintenir l’attention en éveil tout au long d’une écoute en continu. Je ne partage, à ce propos, absolument pas l’avis de certains critiques officiels qui ont loué hautement le Requiem de Rubino et ravalé celui de Capuana au rang d’œuvrette secondaire ; à mes yeux, les deux se valent et il ne faudrait certainement pas me pousser beaucoup pour que j’avoue mon penchant pour celle du maître de chapelle de Noto, dont la sobriété me touche davantage. Il me semble d’ailleurs que la lecture de la Missa di defonti se situe à un cran légèrement supérieur que celle de sa cadette, sans doute parce qu’elle accorde une place beaucoup plus importante au chœur et que le Chœur de Chambre de Namur peut donc y faire amplement valoir les qualités de souplesse, de luminosité, de réactivité et de discipline que l’on apprécie tant chez lui. Il y a, chez les chanteurs mais aussi chez les trois continuistes (basson, harpe, orgue positif) dont il faut louer la prestation à la fois sobre, inventive et raffinée, un incontestable engagement au service des deux partitions – mais comment pourraient-ils avoir une autre attitude sous la direction de Leonardo García Alarcón dont on sait quelle formidable énergie il sait transmettre – et un souci de la couleur et de la lisibilité tout aussi patents et louables — on comprend chaque mot des textes que l’éditeur n’a malheureusement pas jugé utile de reproduire à la suite de l’excellente notice de Nicolò Maccavino. J’ai été moins séduit, malgré la beauté globale des timbres individuels, par certaines interventions solistes dans la Messa di morti, avec une soprano au vibrato mal contrôlé dans l’Ingemisco (on imagine avec regrets ce qu’en aurait fait une Mariana Flores) et un ténor affecté jusqu’au minaudant dans le Quid sum miser, ainsi que par quelques ornementations un peu laborieuses ici et là. Ces petits accrocs ne ternissent cependant pas une exécution d’excellente tenue, mise en valeur par une bonne (malgré un ou deux raccords audibles) prise de son utilisant intelligemment la réverbération, qui se signale par l’équilibre entre théâtralité et ferveur que Leonardo García Alarcón a réussi à trouver avec beaucoup de naturel, mais aussi par la tension expressive qu’il insuffle aux œuvres dont il fait saillir les contrastes tout en en exaltant les parfums. Je recommande donc ce disque à tous les amateurs de musique du XVIIe siècle en gageant que la double découverte qu’il propose saura les séduire et je forme des vœux pour que cette réussite suscite l’envie du chef comme de Ricercar de poursuivre l’exploration de la production de Capuana et de Rubino.

Mario Capuana (?-1646/47), Messa di defonti a quattro voci, Bonaventura Rubino (1600-1668), Messa di morti a 5 concertata

Chœur de Chambre de Namur, Leonardo García Alarcón, direction. 1 CD Ricercar RIC 353.

Extraits proposés :

1. Capuana, Messa di defonti : Requiem æternamTe decet hymnus

2. Rubino, Messa di morti : Répons Libera me

A propos de Jean-Christophe PUCEK

Laisser un commentaire