Livre et disques : Joe Pernice sur tous les fronts

On était sans nouvelles de Joe Pernice, l’un des plus brillants songwriters américains pop vivants, depuis la publication du Live a Little des Pernice Brothers, il y a près de trois ans.
Mais c’est un sacré retour en force que nous prépare Joe, même s’il ne faudra pas compter sur beaucoup de compositions originales de sa part dans un premier temps.

Ce retour sera d’abord littéraire avec la publication, le 6 août, de son premier roman, It Feels so Good when I Stop, chez l’éditeur Riverhead. Ce roman est annoncé par Pernice lui-même comme dans la veine de Nick Hornby (plutôt celui de Haute fidélité, a priori). Ce n’est pas tout à fait un coup d’essai puisque, il y a quelques années, il avait collaboré à l’assez fascinante collection 33 1/3, suite d’essais consacrés à un album phare de la pop music au sens très large (de Love à Radiohead en passant par Dusty Springfield, Public Enemy, AC/DC, Abba ou… Céline Dion !). C’est d’ailleurs déjà davantage un court roman qu’un essai que Pernice avait consacré au Meat is Murder des Smiths.

Joe Pernice
Joe Pernice

Ce nouveau roman très musical sera accompagné d’un cd de reprises par Pernice lui-même, en forme de BO du livre. 10 titres pas franchement mainstream dans l’ensemble, parmi lesquels on retrouvera des covers de Sebadoh, Todd Rundgren, Del Shannon ou, ô joie, du Tell Me when It’s over du magnifique Dream Syndicate ! Cet album (éponyme au roman et publié sur le propre label de Pernice, Ashmont… autant dire qu’il va falloir s’accrocher pour trouver ça en France) comprendra aussi une nouvelle composition originale, Black Smoke (No Pope), enregistré sous le nom de The Young Accuser, la multiplication des avatars musicaux étant une marque de fabrique de Joe Pernice. Cette chanson sera d’ailleurs parallèlement publiée en single chez Sub Pop, avec lequel Pernice n’entretient pourtant pas les meilleurs rapports.

Un nouvel album des Pernice Brothers est aussi en gestation, intitulé (provisoirement ?) Murphy Bed.

A propos de Cyril COSSARDEAUX

Laisser un commentaire