Enfin un album folk qui sent la sève et le sapin, le tout made in France, il faut le souligner, car en écoutant les premières notes de cet album envoûtant, c’est bien plutôt à nos confrères canadiens que l’on pense. Un disque inspiré, qui a su prendre de ses voyages et de ses influences nord-américaines le meilleur, nous proposant une ballade aux fonds des bois épais, entre cordes sèches et voix étirées.
 
La Féline, c’est Xavier Thiry, Stéphane Bellity et Agnès Gayraud. Tous trois inconnus, et pour cause, puisqu’ils signent ici leur premier EP. Six morceaux – en français ou en anglais – vocalisant sur des mots légers et fortement inspirés par l’esthétique cinématographique : De leur nom, qui rappelle Tourneur, à celui de certains titres, « Superman » ou encore « John Mccabe » (célèbre personnage d’Altman). Cette douce évocation d’un cinéma à écouter nous plonge chez Lynch et ses paysages forestiers. Une folk fraîche et pas triste, s’amusant avec des notes de synthé, rappelant leur jeunesse et la vague 80’ actuelle. Inscrivant le disque dans une époque, ils le sortent du même coup des carcans austères du genre… Une légèreté maîtrisée qui fait de cet album une jolie découverte.
 
Certes il y a beaucoup d’ « influences », et l’on ne cherchera pas longtemps le garçon dans « Three Graces ». Mais les emprunts restent sans prétention, et le résultat lui est si plaisant. Ainsi le rythme dansant de Taxi Girl qui inonde la première partie de « Three Graces » s’adoucie sous la voix d’Agnès Gayraud, qui joue avec les fantômes de ces trois grâces, amenant la chanson sur une nouvelle tonalité plus enfantine que frénétique. Les titres « Freakin Out » et « La passaggiata » sont quant-à eux un mélange surprenant – et réussi – de synthé 70’ ( Cher François de Roubaix ! ) et de ballades folks alanguies.
 
Après l’anti folk des Moldy Peaches, l’electro folk de la Féline est sans doute l’évolution la plus réjouissante de ce courant musical…Et qui fera probablement quelques petits félins dans un proche avenir.
 
En attendant, on pourra les voir sur scène le 5 novembre prochain aux
3
Baudets, dans le cadre des boutiques sonores.


crédit : Aurélien Molle

leur myspace

 

A propos de Marion Oddon

Laisser un commentaire