LabirintoAmore

Kapsberger : Labirinto d’Amore – Thomas Dunford / Anna Reinhold (Alpha)

Duos et dédales

Thomas joue du luth, Anna chante. Placé sous le signe du labyrinthe amoureux (Labirinto d’Amore), c’est avec une justesse désarmante que ce duo raconte la transition de l’esthétique Renaissante au style Baroque.
Un disque, deux interprètes et… cinq compositeurs. Strozzi et Merula dessinent les contours d’une aventure qui fait la part belle à Kapsberger et à Caccini. Monteverdi n’est pas en reste, puisqu’est interprétée sa Lettera Amorosa à mi-chemin.
Du Germain qui était italien, on retiendra particulièrement l’exécution des Toccata. Mêlant subtilement la technicité de l’interprète et la grâce du musicien, le luthiste Dunford nous rappelle que le compositeur jouait aussi des instruments qu’il a mis à l’honneur : luth et chitarrone.
Ces mises en bouche déploient un jeu sensible aux contrastes, à l’infini dégradé des nuances qui se sont mussés dans la charpente. L’harmonie de ces propositions esquisse l’emprise de l’esthétique opératique où la voix traduit les moindres inflexions du c(h)oeur. Variété des styles abordés, qui vaut invitation au voyage entre deux âges d’une jeunesse également audacieuse. A celle des interprètes se superpose la fraîcheur d’un style novateur, riche d’ingéniosité, prompt à planter le décor d’un autre genre.
Averti ou profane, le mélomane ne laissera pas d’être aussi sensible à la voix de la mezzo Reinhold. Parfaitement assortie au répertoire, elle le maîtrise et le sert avec une justesse singulière. Curieuse et plurielle, Anna Reinhold chante aujourd’hui aussi (Phèdre tragédie lyrique d’Emmanuel Normand sous la direction d’Olivier Holt). Bien qu’elles soient des oeuvres les plus connues de Caccini, Amarilli mia bella et Mentre che fra doglie e pene se distinguent avec bonheur des interprétations plus classiques.
Si le duo qu’ils forment nous ravit, ce dernier n’occulte en rien l’originalité des voix, la diversité des rôles successivement déroulés. En deux notes : le portrait d’une révolution.
 
Kapsberger : Labirinto d’Amore – Thomas Dunford (luth)/ Anna Reinhold (voix). Cd édité par Alpha

 

 

A propos de Axelle GIRARD

Laisser un commentaire