Etta Scollo – « Il fiore splendente », Berlin classics.

La chanson traditionnelle populaire fait partie intégrante du bagage culturel modeste mais magique du tout un chacun qui, tel le limon, s’ajoute à l’imaginaire dans le fleuve incertain du livre de la vie. Inscrite dans les lieux du collectif, héritage ou apport discret, au coeur de l’intime, dans l’infime quotidien, dans le paysage des scansions temporelles auxquelles on apporte jour après jour des rimes imperceptibles mais essentielles. L’Italie n’échappe bien sûr pas à la règle avec une digne représentante contemporaine – Etta Scollo – dans la continuité de la monumentale Rosa Balistreri – à laquelle elle ne manque d’ ailleurs pas de rendre hommage !
Tout comme elle, d’origine sicilienne, cette jeune femme, exilée en Allemagne, à la voix rauque, puissante, intensément expressive, aux nuances délicates et justes, à la théâtralité maîtrisée, a d’abord fait ses classes à l’ école du jazz avant – au cours des années 90 – de défricher des terres bien plus personnelles, que l’on pourrait globalement ranger dans la catégorie world music. Son dernier opus – Il Fiore splendente – est un vibrant hymne à l’histoire de son île d’origine – la Sicile – au travers d’ une mise en musique de poèmes arabo-siciliens du XIème siècle, mais aussi un onirique et enthousiasmant voyage dans les méandres d’un métissage culturel réussi plus que bienvenu dans la réémergence actuelle des chapelles de l’intolérance.

La bravissima Etta – troubadour en jupons – nous entraîne avec brio dans les délicates corolles aux couleurs protéiformes de sa fleur poétique, de pièces en pièces, dans le palais des arabesques enchantées. Peu de remarquer au passage l’importance des accompagnements successifs du Berlin Pops Orchestra et du Wroclaw Score Orchestra qui participent du cisèlement des chansons, en y apportant relief et chaleur. Tableaux dignes d’un Rota ou d’un Morricone – pièces lyriques – Janchi – complaintes aux percussions orientales – Aiuta il liquore e ti da gioia –  incantations aux tonalités méditerranéennes – A HiBn- Hamdis – introspectives et contemplatives plongées dans la complexité de l’âme avec les magnifiques élégies – Una Luna, Sicilia mia, Corro con te.
A couches multiples, l’album l’est résolument – incluant des textes dit en arabe – avec de nombreuses collaborations dont celle – complice – de son compatriote et voisin (ils sont en effet tous deux originaires de Catane), le talentueux et prolifique citoyen du monde Franco Battiato.

Saluons dans un même élan le travail iconographique du livret – écrin lumineux à la hauteur de cet album magistral –  livret réjouissant pour les yeux et pour les amateurs de langues étrangères – les textes sont en effet traduits en cinq langues – italien, allemand, anglais, français, enfin, arabe.
En un mot, cette fleur, c’est vraiment la classe !

 


Etta Scollo – Il fiore splendente – Edel classics – 2008.

A propos de Elysia

Laisser un commentaire