Les Djangos d’Or, prix récompensant les musiciens de… jazz, ont été désignés pour cette édition 2008 – et oui, ça existe aussi le strass et les paillettes pour le jazz… ensuite on est d’accord ou pas avec le principe, ça existe et c’est déjà bien – ça fait toujours plaisir aux vainqueurs, et on ne vous dira pas qu’ils usurpent leurs prix.

Les grands vainqueurs, révélation de l’année, sont sans réelle surprise Airelle Besson et Sylvain Rifflet déjà très remarqués par leur album Rockingchair paru chez Chief Inspector l’année dernière, après avoir bourlingué vers l’ONJ, le gros cube, le Sacre du Tympan, le Mégaoctet d’Andy Emler, Riccardo del Fra, ou encore le Liberation Music Orchestra (!) de Charlie Haden et Carla Bley pour Airelle… Autant dire qu’ils ne sortent pas de nulle part et que leur projet commun vaut le détour !
Ils suivent d’ailleurs dans cette catégorie l’excellente Sophie Alour (sax. ténor) en 2007 ou Géraldine Laurent (sax. alto) en 2006.

Du côté du Django d’Or du Musicien confirmé, c’est Louis Winsberg (guit.) qui a été récompensé, membre du mythique groupe de fusion Sixun et guitariste hors pair et magnifique.

Le Django d’Or de Spectacle Vivant revient à Andy Emler pour son Megaoctet.

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire