MANIFEST DESTINY 01 C1C4 OK.indd

Chris Dingess et Matthew Roberts – « Manifest Destiny – tome 1 : la faune et la flore »

Ah, l’Amérique des origines : ses vastes terres inexplorées, ses autochtones en peau d’animal, ses bisons en rut, ses minotaures armés et ses zombies végé…WHAT ?

001_073MANIFESTDESTINY01.inddLa Frontière doit avoir un goût bizarre, pour le Capitaine Lewis et le Lieutenant Clark, chargés de repousser la limite de l’inconnu, envoyés en expédition cartographique pour le compte d’un jeune gouvernement prêt à essaimer sa civilisation. Ils étaient payés pour shooter quelques goélands et trois peaux rouges, pas pour rencontrer une effrayante palanquée de trucs dégueulasses qui contaminent leurs hommes en les transformant en hommes-plantes.

Oubliez tout ce que vous pensiez savoir de cette expédition historique bien réelle (la première commissionnée par le président Jefferson, afin de relier Atlantique et Pacifique), car voici en substance (verte et un poil gluante) la contre-histoire zombiesque de Manifest Destiny, folle nouvelle série proposée par Chris Dingess (au scenario) et Matthew Roberts (au dessin fabuleux).

Mais, comme souvent (toujours) dans les comics, que la dose bien sentie de fun n’expurge pas le fond, et sa charge politique, bien présente : l’enfer, c’est l’Autre.

Car l’Amérique, monde de possibles, monde de fiction, mais monde sans Histoire, écrit depuis toujours sa légende sur les créations d’ennemis à abattre : Indiens (et la métaphore est ici limpide), noirs, communistes, islamistes, etc etc.

001_073MANIFESTDESTINY01.indd 001_073MANIFESTDESTINY01.indd

Sans eux, plus d’Amérique et plus d’Histoire. D’où ces quelques belles cases où, alors que s’ouvre notre récit, le narrateur raye dans son journal quelques phrases de peurs et de renoncements pour en extraire la version expurgée et belligérante : « nos hommes sont prêts » [au combat, à ce que quelque chose survienne] : à chacun sa fiction, et celle-ci vaut bien une autre.

001_073MANIFESTDESTINY01.inddServi par un dessin au crayon sublime, jolie prouesse à l’époque de la palette graphique, et porté par des couleurs éclatantes (ces ciels superbes et ces jeux de lumières à se damner), le tout dans une ambiance fantastico-gothique quasi lovecraftienne par instants –terra incognita, fantastique angoissant et jeux avec les narrations et journaux de bord-, ce Manifest Destiny est une découverte à tomber.

Editions Delcourt Comics, 160 pages, 15,95 euros. Sortie le 15 Juin 2016

A propos de Jean-Nicolas Schoeser

Laisser un commentaire