375A

Nous l’avons soutenu avec (h)ardeur et le voilà enfin sorti. Tout chaud, tout beau, prouvant plus que jamais qu’on peut faire un livre d’Art avec du sexe joyeux et libertaire comme il n’en existe quasiment plus. Dans ce magnifique livre de souvenirs avec un matériel iconographique incroyable, Gérard Kikoïne évoque la genèse de son oeuvres, ses thèmes, ses influences … On s’y plonge avec délice comme un merveilleux voyage de le temps. Saluons une nouvelle fois le travail des Editions de l’oeil qui à l’issue d’un boulot dément arrivent à un résultat au delà de toutes nos espérances.

L’occasion pour nous également de remettre en lumière le long entretien qu’eût avec lui Olivier Rossignot, qui auteur par ailleurs de l’introduction de ce Kikobook.

Ma nuit chez Kiko – Chapitre 1 : les origines

Ma nuit chez Kiko – Chapitre 2 : comment j’ai fait du porno

Ma nuit chez Kiko – Chapitre 3 : se libérer, se lâcher dans la forme… et savoir se servir d’un aspirateur

Ma nuit chez Kiko – Chapitre 4 : « Le porno, c’était un laboratoire d’expérimentation »

Ma nuit chez Kiko – Chapitre 5 : Rapports de classes, rapports de sexes et objets du fantasme

Ma nuit chez Kiko – Chapitre 6 : d’Alban Ceray à Anthony Perkins, il n’y a qu’un pas…

Ma nuit chez Kiko – Chapitre 7 : vices publiques, vertus privées, nostalgie … et après ?

A propos de Culturonews

Laisser un commentaire