the-serpent-and-the-rainbow1

Concours Wild Side / Culturopoing – « L’emprise des ténèbres » de Wes Craven, édition collector

Jeune anthropologue mandaté par une firme pharmaceutique, Dennis Alan enquête sur d’inquiétants phénomènes survenus à Haïti. Un poison lié au culte vaudou plongerait des habitants dans un état de mort artificielle. Enterrés vivants, ils seraient piégés entre deux mondes, leur volonté annihilée, tels des zombies, à la merci de puissances occultes…
Peut-être qu’en rappelant la place qu’occupait Craven de Maître de l’épouvante, à l’instar de Romero ou Carpenter, en soulignant leur capacité à provoquer la peur, à échafauder un univers qui leur appartient, on minimise leur puissance subversive. Il faut donc qu’ils meurent (adieu Craven, adieu Romero, adieu Hooper) pour qu’on reconnaisse l’intelligence de leur cinéma. Or, si Craven fut l’un des plus grands cinéastes du cauchemar, derrière la plupart de ses divagations oniriques se profilait une vision politique critique, acerbe, désenchantée. Prenons Nightmare on Elm Street par exemple : la figure démesurée et clownesque du croquemitaine Freddy fait quelque peu oublier combien y sont évoqués le dysfonctionnement familial et le désespoir adolescent, comme en témoigne le sort de ces jeunes héros laissés seuls avec la culpabilité de leurs parents, assaillis par des hallucinations qui ne leur appartiennent pas. Et qui en meurent.
Le fabuleux l’Emprise des Ténèbres en plus d’être une des plus belles oeuvres sur le vaudou constitue le portrait d’un pays vivant dans la peur de son pouvoir en place, dominant, usant de la torture, et derrière lequel s’esquisse les étranges relations entre les pays occidentaux et les dictatures en place. Il s’agit bien ici de la jonction de deux épouvantes, celle du surnaturel, et celle de l’horreur la plus vraie, historique et géographique. C’est probablement son film le plus politique avec le formidable Le Sous Sol de la peur (The People under The Stairs). L’Emprise des ténèbres n’a donc rien perdu de sa terrifiante beauté et nous vous invitons à le découvrir dans des conditions idéales, avec cette édition collector présentée par Wild Side et à en gagner un exemplaire si vous répondez aux questions suivantes, avant le 21 septembre 2017, 0h00, l’heure où les cadavres s’éveillent dans les cimetières.

unnamed

COMPLÉMENTS :
GENTLEMAN WES (29’) par Alexandre Aja
– Livret exclusif de 60 pages,
spécialement écrit par Frédéric Albert Levy

A propos de Culturoconcours

2 comments

Laisser un commentaire