Stephen Walker – "I feel Good"

À l’heure du « fait moi peur », où nos chers concitoyens se gavent de programmes dits réels sur la vraie vie des vrais gens…Dans une période où le misérabilisme s’élève en valeur morale, et où l’on tente de faire croire aux gens qu’ils vivront pauvres parce qu’ils le méritent, qu’ils travailleront jusqu’à ce qu’ils (en) crèvent parce qu’ils le valent bien…Voici une bouffée d’énergie positive, où une vingtaine de papis et mamies assument fièrement de s’amuser jusqu’à leur dernier souffle : Oui, on peut être actif sans être exploité. « Young@Heart » est une chorale atypique, qui parcoure le monde depuis une quinzaine d’années. Moyenne d’âge 80 ans, répertoire : de la gentille pop de Radiohead en passant par les anarchistes des Clash…Et ça déménage ! Et ce documentaire aurait pu être une belle découverte s’il n’avait pas tout gâché dans sa seconde (si longue) partie, où le thème de la mort vient s’insinuer dans le groupe, naturellement…On reçoit alors une belle leçon de vie de la part de ces personnes si formidables…On regrette juste que Bob Cilman, le directeur de troupe, confonde hommage et pathos, en faisant par exemple chanter à un homme quasi ressuscité « Fix you » de Coldplay…Sanglots forcés assurés…Le mélo ne quittera plus le devant de la scène à partir de cet instant, et la leçon de vie se transforme en documentaire télévisuel américain (ou anglais au choix)… En même temps, la voix doucereuse et un peu nigaude du réalisateur aurait pu nous mettre sur la piste…Et puis il y a ces questions lancinantes : qui est Bob Cilman ? Quels sont les rapports réels (financiers et humains notamment) entre lui et ses « élèves » ? Et ces clips montrés à chaque tournant du film, on en reviendrait presque à repenser à cette fameuse notion d’exploitation…Avec un peu de tristesse, car après-tout ces vieilles personnes avaient réussi à nous donner l’espoir d’une alternative de vie… Stephen Walker est un documentariste médiocre, mais il a réussi un coup de génie en choisissant un sujet fabuleux…On ne peut que conseiller ce film malgré tous les regrets et interrogations qui subsistent. Lenny, Stan, Eileen, Steve, Fred, Bob et tous les autres…chapeau bas…

A propos de Marion Oddon

Laisser un commentaire