WolfSheep_aff_def.indd

Shahrbanoo Sadat – « Wolf and Sheep »

Présenté à la Quinzaine des Réalisateur où il fut récompensé du Prix International des cinémas d’art et Essai ( CICAE ), Wolf & Sheep est le premier film – largement inspiré de souvenirs autobiographiques – d’une cinéaste Afghane de seulement 26 ans, Shahrbanoo Sadat. Il s’agit de la chronique d’enfants bergers au sein d’un village reclus dans les montagnes d’Afghanistan soumis à des règles strictes – surveiller les troupeaux, ne pas fréquenter le sexe opposé – et bercés aux légendes de leurs ainés censées les guider…

Le prologue fait office de mirage, intronisant non pas ce qui va être le coeur des évènements mais son contour : la description minutieuse d’un rite funéraire exécuté par les hommes du village, et au milieu la réunion de femmes restreintes à un rôle rétrograde, dont la seule émotion est le regret de ne rien avoir pu faire pour le défunt. Cette entrée en matière rigoureuse est rapidement contrariée par deux facteurs, l’un presque subliminal : l’apparition « divine » d’une fée verte nue se matérialisant dans un décor on ne peut plus réaliste, dont l’écho sera à chercher du coté des histoires contés par les adultes à leurs enfants ; l’autre l’entrée en scène de ses jeunes protagonistes sur lesquels le film va se focaliser, à divers degrés tous en proie aux transgressions des consignes et remises en question du mode de vie qu’ils connaissent.wolfsheep_photo4La malice consiste à dépeindre un contexte en se faisant l’économie d’une démonstration frontale, préférant mettre directement l’accent sur des conséquences faisant ressortir avec elles la rigidité du quotidien. Le récit construit sur enchainement de petites péripéties incluant un nombre conséquent de personnages, avance alors par à-coups parfois infimes mais suffisants pour éviter tout sentiment de stagnation. C’est une de ses forces évidentes : mettre en lumière une absence réelle de perspective sans verrouiller son propre dispositif, cela en ouvrant progressivement de nouvelles pistes. L’unité de façade au sein du village que tendent à indiquer les premières séquences n’était elle aussi qu’une illusion, peu à peu se révèle une micro-société non seulement archaïque, repliée ses multiples peurs – par ricochet sur elle-même – et profondément individualiste. Divisions à tous les étages où chacun est le bouc émissaire potentiel pour autrui évoquant un ordre partial, inéquitable et par instants tout simplement édifiant. La seconde partie marquée par l’émergence de séquences plus « impressionnantes » – une attaque de loups – et violentes – un éborgnement accidentel – accentue ces sensations. La normalisation dans laquelle s’inscrivent ces situations révulse presque moins que les réactions qu’elles engendrent et les solutions mises en oeuvre pour régler ces problèmes.wolfsheep_photo6Wolf & Sheep n’est pourtant pas une oeuvre à thèse ni même une fiction politique à proprement parler, sa portée ethnologique est un facteur secondaire. L’absence totale de complaisance atteste d’une capacité à prendre la distance et la hauteur nécessaire pour poser des problématiques de cinéma. À commencer par son décor rendu tour à tour immense et minuscule constituant un riche terrain de jeu pour une cinéaste qui tend à en exploiter au maximum les possibilités, formelles comme narratives. C’est surtout le théâtre de désobéissances où se dessinent différents portraits captivants. Finalement peu importe la portée ou la nature – tous ne sont pas positifs – des actes qui s’expriment sous nos yeux : l’impulsion prime. Le mélange de spontanéité chez les jeunes comédiens et la pureté du regard qui les observent parvient à transcender la rigidité du tableau d’ensemble.
wolfsheep_photo7De ces diverses trajectoires, un personnage retient tout particulièrement l’attention : Sediqa.
Fille solitaire, marginalisée par le reste de la communauté, exposée aux ragots, railleries – elle serait maudite – et autres mesquineries. Elle parcourt le film dans le silence, ses pensées demeurent indicibles, le contraste est alors saisissant entre ce qu’on perçoit et ce qui est perçu, créant un mystère empreint de délicatesse dont les apparitions illuminent le récit d’un souffle résolument optimiste. C’est autour d’elle que tournent les plus belles séquences, lorsqu’elle se rapproche de Qodrat – son pendant masculin dans le village – entre insoumission innocente et relation naissante, le cadre serré n’illustre plus une forme d’asphyxie mais une vitalité qui déborde. Deux êtres qui ne demandent qu’à s’affranchir, sans se soucier de l’après, sans même en avoir pleinement conscience. Shahrbanoo Sadat confie que ce portrait féminin en question tient beaucoup d’elle-même, ce qui n’est guère surprenant. Ce double cinématographique semble en parfaite symbiose avec une démarche authentique dépourvue de jugements dont la richesse tient autant à une véracité palpable qui ne se dément jamais qu’à des interstices plus inaccessibles.

A propos de Vincent Nicolet

Laisser un commentaire