Le Latina renoue avec la vieille tradition des "midnight movies"

Heureuse initiative du cinéma parisien le Latina, situé en plein Marais (20 rue du Temple, plus précisément) et spécialisé, comme son nom l’indique, dans la cinématographie des pays latins, parfois la plus pointue (pour exemple, un festival du cinéma vénézuélien, en ce moment même).
Le samedi soir à minuit pile, le Latina a décidé de diversifier sa programmation en l’ouvrant à quelques films d’un éclectisme assez bienvenu.

Jugez plutôt :
Hedwig and the angry inch, premier film très camp du réalisateur de Shortbus, John Cameron Mitchell, les 1er et 15 novembre ;
La Légende de Ron Burgundy, présentateur vedette, cultissime premier film (là aussi) d’Adam McKay (réalisateur du non moins culte Ricky Bobby, roi du circuit), avec le Frat Pack au presque complet : Will Ferrell dans le rôle-titre, bien sûr, mais aussi Steve Carell et, en apparitions complices, Luke Wilson, Ben Stiller, Jack Black ou Vince Vaughn, les 1er et 8 novembre ;
Les Prédateurs, de Tony Scott, seule grosse faute de goût de cette programmation par ailleurs impeccable, où David Bowie, Susan Sarandon et Catherine Deneuve jouent les vampires triolistes sous des éclairages typiquement early 80’s (beuuurk), le 8 novembre ;
Frangins malgré eux, où l’on retrouve le trio magique de Ricky Bobby, Adam McKay / Will Ferrell / John C. Reilly, pour une avant-première exceptionnelle le 15 novembre d’un film qui fera un nouveau bide en France, n’en doutons hélas pas… ;
Les Chansons d’amour de Christophe Honoré, que l’on ne présente plus, un peu décalé dans cette liste (mais le film est tellement beau), les 22 et 29 novembre ;
Les Rois du patins, soit Will Ferrell 3ème édition, cette fois sous la caméra de Josh Gordon et Will Speck, autre grand moment de rigolade régressive, les 22 et 29 novembre.

A propos de Culturopoing

Laisser un commentaire