Le fantastique s'invite à la Cinémathèque française

C’est l’histoire d’une déconvenue, celle d’un genre malaimé et malmené dans les salles obscures, qui s’invite à la Cinémathèque française dès le 18 avril.
La France, pourtant terre pionnière de cet art magique qu’est le cinéma, n’a que peu exalté son cinéma fantastique. Des contours trop flous, une expression qui l’éloigne des codes imposés outre-Atlantique: une singularité d’une "inquiétante étrangeté", entre présence et absence, qui s’inscrit en faux dans un genre qui a laissé beaucoup de place au manifeste.

A partir d’un corpus riche, la Cinémathèque vous propose, pendant un mois, de redécouvrir cet art de l’étrange et ses auteurs singuliers, entre poésie et magie. Ce serait le début d’une réconciliation, de celle qui permettrait à un cinéma national de trouver là une source intarrissable de visions salvatrices et d’inspirations nouvelles.

Cinémathèque Française – Le fantastique français (18 avril au 18 mai).
www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/fiche-cycle/fantastique-francais,450.html

A propos de Benjamin Cocquenet

Laisser un commentaire