Kinji Fukasaku : rétrospective à la Cinémathèque française dés le 2 juillet

Du 2 juillet au 3 août, la Cinémathèque française nous propose de passer la première partie de l’été sous le signe du cinéaste japonais Kinji Fukasaku, grand spécialiste du film de gangsters, vraiment mis sous le feu des projecteurs en France… peu avant sa mort, avec la sortie de Battle Royale.

Pourtant Fukasaku a fait partie des rares cinéastes nippons à s’être retrouvé à la tête de productions internationales avec Tora, Tora, Tora qu’il co-réalise (Zanuck ayant eu l’intelligence d’impliquer le point de vue japonais sur cette grosse production sur Pearl Harbour), et le moins connu film catastrophe Virus, avec Glenn Ford. Plus trivialement, dans une période qui n’est pas vraiment sa plus prolifique, Fukasaku avait aussi réalisé Les évadés de l’espace, qui amena la populaire série San Ku Kaï.

Bénéficiant de la popularité enfin gagnée dans la cinéphilie autour du cinéma asiatique et de genre (moment de grâce de la fin des années 90 et du début des années 2000, quand aujourd’hui Johnnie To retourne par exemple dans l’enfer du DTV avec des films à l’excellent accueil critique) , il aura fallu un certain temps pour redécouvrir pleinement ce cinéma dédié en grande partie à l’exploration du domaine criminel, avec la série des Combats sans codes d’honneur, et Nouveaux combats sans codes d’honneur, ou encore Le Cimetierre de la Morale et Police contre Syndicats du Crime. Le cycle de la Cinémathèque sera l’occasion de découvrir des oeuvres pas encore mises à l’honneur par l’édition DVD en France.

En plus d’ une large rétrospective de son oeuvre, la Cinémathèque proposera une conférence introductive "didactique" le 3 juillet, présentée par Jean-François Rauger, et des documentaires viendront compléter la programmation. En plus d’un Fukasaku raconté par Quentin Tarantino et de Yakuza eiga, une histoire du cinéma yakuza, il faut ainsi relever la projection de Miwa, à la recherche du Lézard Noir,  qui s’intéresse à l’acteur transgenre Akihiro Miwa, interprète du Lézard Noir ou encore La demeure de la Rose Noire de Fukasaku.

Toute la programmation de ce cycle est à retrouver sur le site de la Cinémathèque Française

A propos de Guillaume BRYON

Laisser un commentaire