Joe D’Amato endosse un peu le rôle de Steven Spielberg italien, pour sa tendance à toucher tous les genres, ainsi que celui du David Cronenberg à la sauce bolognaise, toujours à fouiller les chairs et faire couler les fluides corporels de toute sorte. À l’encontre du réalisateur de Hook, les films de Joe D’amato s’adressent à un public doublement averti et dépeignent un monde où l’enfance y est brutalement violenté. Chez lui, comme chez le cinéaste canadien, le gore et le sexe se côtoient dans un même esprit de surenchère, dans une égale ambiance glauque. Sesso nero et Orgasmo nero se situent, dans sa carrière entre Blue Holocaust et Anthropophagous. Les deux films édités par Bach Films sont considérés comme les premières incursions dans le porno hardcore d’un cinéma italien alors vierge de la moindre image trop sexuellement explicite.

En proposant un film pornographique après l’éprouvant Blue Holocaust, Joe D’Amato pourrait laisser croire qu’il change de style avec quelque chose de plus léger. Si le genre est différent, les obsessions du cinéaste restent les mêmes : les rituels de passage sont mêlés de sensualité, les rapports amoureux teintés d’un certain romantisme noir et les relations sexuelles sont assimilées à une forme de cannibalisme. Chez D’Amato, la violence n’est jamais très loin. Dans Sesso Nero, Mark est atteint d’une hypertrophie de la prostate qui l’oblige à subir une intervention chirurgicale. Opération qui le privera définitivement de sa virilité. Il décide de partir quelques jours en République Dominicaine pour en profiter au maximum. Une fois sur place, il croise le fantôme de la femme qu’il a follement aimé avant de repartir aux États-Unis, la laissant mourir de chagrin.

Sesso Nero 1

L’ambiguïté du titre Sesso nero fait moins référence au sexe tant désiré d’une belle Dominicaine qu’à la vision que Mark se fait finalement de l’acte. Coureur de jupons capable de trousser l’épouse de son meilleur ami en douce, il éprouve pour le sexe faible assez peu de considération. Le fantôme de son ancienne amante qui le torture et le plonge dans la folie et l’alcool pourrait être le vecteur d’une morale féministe ou d’un discours misandre tellement le réalisateur malmène son personnage. Somme toute, et malgré les nombreuses scènes de sexe non simulées, Sesso nero n’a rien d’un porno banale dont le but est de simplement exciter le spectateur. Les cinéphiles les plus libidineux pourraient même être sérieusement refroidis devant l’ambiance malsaine que distille Joe d’Amato tout au long du film, jusqu’à une conclusion des plus affûtées.

Femmes de ménage en chaleur, mères maquerelles obèses, jeunes épouses et anciennes amantes délurées sont autant de personnages qui s’adonnent librement au corps à corps dans des scènes où la frontière entre le rêve et la réalité est poreuse. Ces figures qui hantent Mark en proie au délire sont autant de symboles de sa culpabilité, de son refus d’affronter son véritable moi.

Sesso Nero 2

Sesso nero marque surtout l’apparition d’une des égéries de Joe D’Amato, avec Annj Goren et Dirce Funari, pour ses films tournés en République Dominicaine, Lucia Ramirez. La belle métisse peu avare d’étaler ses charmes fait part de ses coquins talents dans six films du réalisateur italien, dont le fameux Porno Holocaust et son monstre irradié tout raide et tout lubrique, avant de disparaître totalement du paysage audiovisuel.

Également connu en France sous le titre Les plaisirs d’Hélène, Orgasmo nero relate une initiation, décrit la rencontre de deux cultures différentes et donne une conception ambivalente du couple et des relations sexuelles. À travers la quête d’Hélène vers sa féminité, Joe D’Amato égratigne une nouvelle fois l’image du mâle dominateur et sûr de lui en critiquant une société conformiste régie par un esprit machiste et hypocrite.

Orgasmo Nero 4

Quand Hélène rejoint son mari anthropologue sur une île au large de la République Dominicaine, elle fait la connaissance d’une jeune indigène, Haini. Son mari ne voyant en elle qu’un appareil reproducteur sur pattes pouvant lui prouver sa virilité, elle s’ennuie au lit et dans la vie. Elle se prend d’affection pour la jeune femme et l’emmène avec elle dans sa villa de Saint Domingue. Petit à petit, leur complicité les amène à devenir amantes.

Joe D’amato dresse quelques portraits d’hommes qui pensent que tout leur est dû. Ces mêmes individus qui ne supportent pas que les femmes leur échappe ou se refusent à eux. L’écriture peut paraître simpliste, pourtant, par ces partis pris, Orgasmo nero va bien au-delà du simple film pornographique et met en évidence la difficulté pour une femme d’affronter sa sexualité et de s’assumer au-delà des diktats conservateurs. Chez Joe D’Amato, ces lignes de conduites sont autant de formes de violence, qu’elles se manifestent de façon physique ou psychologique. Comme lors d’un rituel intiatique qui ouvre et clôt un film fortement empreint de mysticisme et au sein duquel le cannibalisme y prend une bonne place. Ou tenter de se soustraire à un ordre social entraîne une cruelle sanction, toujours sous forme d’office de passage.

Orgasmo Nero 6

Joe D’Amato s’impose comme un cinéaste des chairs. Qu’elles soient voluptueuses, martyrisées ou pourrissantes, qu’elles prennent la silhouette filiforme de Lucia Ramirez frissonnant de plaisir ou d’organes sanguinolents, elles matérialisent les désirs des personnages, leur soif d’absolu et de liberté. Plutôt, leurs consommations incarnent l’accès vers un autre état de conscience, soit pour encore plus les emprisonner ou leur donner la liberté.

Ces deux œuvres de Joe D’Amato s’avèrent très personnelles et cela malgré un filmage brut, peu soigné, comme si elles avaient été tournées à la va-vite. Ce qui n’est pas impossible, la faute à un budget restreint. D’abord directeur de la photo de talent sous son vrai nom, Aristide Massaccesi, notamment sur L’antéchrist de Alberto De Martino (récemment édité chez Le chat qui fume), le réalisateur ne manque pourtant pas d’inspiration. Ses compositions en amorce, son utilisation à outrance du zoom et ses raccords audacieux concourent plus encore à créer une atmosphère sordide et une sensation d’oppression.

Sesso nero et Orgasmo nero naviguent à la frontière du fantastique, semblent errer dans des cauchemars éveillés, quand ils ne grattent pas le verni d’un mode de vie bourgeois et néo-colonialiste. Deux films qui méritent bien d’être désignés comme de véritables plaisirs coupables.

Orgasmo Nero 1

Les DVD’s : Les deux films sont proposés encodés en 16/9éme. Les copies ne sont pas exceptionnelles, mais en même temps, elles soulignent leur aspect glauque. Seules les pistes mono en véos avec sous-titres français sont disponible pour chacun d’eux. En guise de bonus, chaque DVD propose des bandes annonces des films.

Sesso nero

(Italie – 1980 – 79min)

Réalisation : Joe D’Amato

Scénario : George Eastman (sous le pseudonyme de Luigi Montefiori)

Direction de la photographie : Enrico Biribicchi

Montage : Ornella Micheli

Musique : Nico Fidenco

Interprètes : Mark Shannon, Annj Goren, George Eastman, Lucia Ramirez…

Disponible en DVD chez Bach Films, 12€.

SESSO-NERO-3D_BACH

 

 

 

 

Orgasmo nero

(Italie/République Dominicaine – 1980 – 90min)

Réalisation : Joe D’Amato

Scénario : Joe D’Amato (sous le nom de Aristide Massaccesi)

Direction de la photographie : Alberto Spagnoli

Montage : Haidi Morras

Musique : Stelvio Cipriani

Interprètes : Nieves Navarro, Richard Harrison, Lucia Ramirez…

Disponible en DVD chez Bach Films, 12€.

ORGASMO-NERO-3D_BACH

 

A propos de Thomas Roland

Laisser un commentaire