3D_BACH Porno Holocaust

Joe D’Amato – « Porno Holocaust »

Toujours en pleine période République Dominicaine, Joe D’amato enchaîne des films, avec les mêmes actrices et acteurs, de genre soit érotiques soit franchement pornographiques. Parmi cette dernière catégorie, Porno Holocaust fait office d’œuvre hybride, mais cependant bien moins intéressante que Sesso Nero ou Orgasmo nero.

Une équipe de scientifiques se rend sur une île au large de la République Dominicaine qui a été touchée par des radiations afin d’y effectuer recherches et analyses. Parmi ces chercheurs d’opérette, un Docteur en physique nucléaire, qui prend les formes de la bombe Lucia Ramirez, Annj Goren et un George Eastman qui semble bien calme et rassasié question chair fraîche. Le capitaine du bateau qui les emmène sur cette île isolée n’est autre que Mark Shannon, acteur porno plutôt prompt à hisser haut le pavillon. Le moustachu aura plusieurs fois l’occasion de le faire avec le concours actif de Lucia Ramirez. D’étranges rumeurs à propos d’un monstre agressif circulent.

Porno-Holocaust-Lucia-Ramirez-1

 

Le scénario de Porno Holocaust ne se révèle pas très consistant et propose surtout, pendant plus d’une heure, des scènes de baise effrénées sans qu’elles apportent une cohérence particulière au récit. Les admirateurs de Lucia Ramirez et Annj Goren peuvent se rincer l’œil à loisirs, les deux jeunes femmes s’offrant à leurs yeux ébahis sous toutes les coutures. Malgré le peu d’intérêt qu’il peut susciter, Porno Holocaust ne se restreint pas uniquement à l’étiquette « pornographique ». Le film mêle deux genres qui s’opposent et se complètent à la fois en invitant Éros et Thanatos sur cette île aussi mystérieuse que chez Jules Verne.

À la chair expressive et pleine d’énergie des parties de jambes en l’air proposées dans la première partie, répond celle de la mort et de la putréfaction dans une seconde. Arrivés sur l’île, l’équipe de scientifiques du dimanche vont devoir faire face à un monstre assoiffé de… sexe. Les femmes vont bien plus en souffrir que les hommes, la libido du scélérat étant dotée d’une morale que n’aurait pas reniée Christine Boutin malgré son isolement et donc son absence de proximité avec la société, ses codes et ses tabous.

Porno Holocaust02

Finalement, en dépit de sa tendance à étaler les chairs de ses acteurs, Porno Holocaust apparaît comme un film un peu plus profond qu’il ne pourrait paraître. Avec son île maudite, ses scientifiques explorateurs et son monstre amoureux de Lucia Ramirez, Porno Holocaust ressemble à une œuvre bâtarde entre une version dégénérée et adulte de Sa majesté des mouches et King Kong. L’actrice dominicaine succède à Fay Wray et Jessica Lange dans le rôle de la fiancée du monstre, plus sexuelle que glamour et la poésie du film de Ernest B. Schoedsack et Merian C. Cooper en moins, le sigle « pour public averti » en plus. Celui de Joe D’Amato, s’il reprend le thème du monstre incompris et solitaire, penche plutôt pour un traitement malsain avec ses chairs fouillées et déchirées. Dans sa dernière demi-heure, Porno Holocaust tourne au jeu de massacre avec son monstre qui condamne les femmes à une mort certaine à chaque fois qu’il les pénètre, son sexe étant un inconvénient à la taille colossale. Oui, la taille compte, mais pas vraiment pour les bonnes raisons. Voilà de quoi rassurer nombre d’hommes complexés.

Malgré cet indubitable message préventif en faveur de relations sexuelles épanouies, Porno Holocaust reste tout de même un film bancal, tourné à la va-vite et plus préoccupé à exhiber de frénétiques scènes de cul. Alors que ses deux précédents films tournés en République Dominicaine critiquaient le machisme avec virulence, donnaient une image dérisoire du mâle surpuissant, Joe D’Amato se tourne vers une sorte de fable vaguement écologique avec la solitude et la misère sexuelle en toile de fond. Au fil de sa période dominicaine, Joe D’Amato esquisse une étrange vision du sexe, entre attirance et répulsion, aliénation et désir libératoire. Dans tous les cas, et en dépit des fioritures de la mise en scène, l’œuvre de Joe D’Amato est unique dans sa vision d’un cinéma autre et jusqu’au boutiste.

 

Porno Holocaust06

Le DVD : La qualité de l’image est supérieure à celle des deux précédents films de Joe D’Amato édités dans la même collection. Cependant, elle reste inégale en étant parfois instable et manquant de définition ou avec des arrières plans flous. Dans l’ensemble, la colorimétrie reste de bonne facture malgré quelques défauts de pellicule.

Le film est proposé dans une version originale non sous-titrée ou dans une véo sous-titrée, en mono.

Comme bonus, Sébastien Gayraud, l’auteur de Joe D’Amato, le réalisateur fantôme (édition Artus Films, collection Cinéma Bis), replace le film dans le contexte de la carrière de Joe D’Amato, lors d’une courte interview, et cerne le thème qui sera, par la suite, récurrent dans les œuvres suivantes du cinéaste.

Dans un onglet « Joe D’Amato », l’éditeur présente la collection consacré au réalisateur italien avec les bandes annonces des films déjà édités sous leur label.

 

Porno Holocaust

(Italie – 1981 – 109min)

Réalisation : Joe D’Amato

Scénario : George Eastman

Directeur de la photographie : Aristide Massaccesi

Montage : Ornella Micheli

Musique : Nico Fidenco

Interprètes : George Eastman, Mark Shannon, Lucia Ramirez, Annj Goren, Dirce Funari…

Disponible en DVD, chez Bach Films.

A propos de Thomas Roland

Laisser un commentaire