Ashutosh Gowariker – "Jodhaa Akbar" (DVD Sortie salle)

Gloire à l’empereur Jalaluddin Muhammad Akbar !!!

C’est un peu ce que nous sommes tentés de crier, en nous mêlant à la liesse populaire, aux chants et danses du dernier film du réalisateur de Laagan, Ashutosh Gowariker.
Jodhaa Akbar évoque le destin véridique ce jeune empereur moghol dans l’Indhoustan du 16e siècle qui pour unifier le territoire épousera Jodhaa, une princesse rajpoute, ce qui conduira à la naissance de l’Inde. Musulman, il acceptera que Jodhaa continue à vénérer les divinités de l’hindouisme et lui fera construire un temple dans ses appartements. Jalaluddin reste dans l’histoire de l’Inde une figure mythique, symbole d’humanisme et de tolérance. Peu importe que Jodhaa Akbar s’inscrive plus dans le spectacle hagiographique que dans la complexité psychologique et historique car la forme employée est bien celle des légendes avec leurs héros fabuleux, dans toute leur magnificence et leur idéal, dont le manichéisme tient de la beauté du conte oriental.

Difficile de ne pas être transportés comme des gamins, ravis à la vision de cette superproduction somptueuse, mordorée, aux couleurs jaillissantes, qui procure le plaisir de la surenchère, de l’hyperbole du sentiment, des décors, ou de la reconstitution. Traîtrises et complots, éléphant dompté à mains nues, superbes batailles, regards de feux des bons, regards de haine des méchants. Ashutosh Gowariker nous transporte dans l’univers du mythe, un univers naïf procurant un plaisir comparable à certaines productions historiques fougueuses du cinéma de Hong Kong, toutes aussi colorées et rutilantes. Jodhaa Akbar partage indéniablement avec les autres productions bollywoodiennes le charme kitsch de la profusion et du sentimentalisme assumés, tout en évitant constamment l’indigestion. Il possède en outre un raffinement particulier qui colle fidèlement à l’esthétique des miniatures mogholes.

Hrithik Roshan et Aishwarya Rai incarnent avec toute la crédibilité et le charme nécessaires leur couple flamboyant, quintessence de l’amour courtois, et c’est avec émotion que nous partageons la progression du sentiment passant du mariage de raison à la véritable passion, par un apprentissage de l’autre, de sa religion, de sa civilisation, de sa culture. A ce titre, si le rôle de la princesse Jodaah Bai demeure très obscur encore chez les historiens, Gowariker en fait un remarquable emblème d’indépendance féminine partagée entre son inflexibilité, ses convictions spirituelles et son amour fou. Car au delà de la beauté du divertissement Jodhaa Akbar fustige tous les fanatismes en une incitation constante au respect de la particularité de l’autre.

Difficile de passer sous silence l’insistant message de tolérance religieuse qui ne cesse de s’y profiler, il teinte l’œuvre d’une émotion toute autre, redoublée par des intermèdes musicaux éclatants utilisés avec plus de parcimonie qu’à l’accoutumée, dont les plus beaux moments traitent du rapport entre le souverain et son peuple, de celui de l’individu à sa religion, dans une exaltation pacifiste touchante. Cet appel utopique étreint, renvoyant constamment par petites touches des reflets de préoccupations contemporaines, comme si la vigueur de la fable avait le pouvoir de métamorphoser le réel et de changer le cœur des hommes …
On évoque régulièrement avec ironie, la longueur des œuvres de Bollywood mais force est de reconnaître que si elles veulent maintenir l’attention, elles se doivent de garder un sens du rythme, et Jodhaa Akbar y excelle, parvenant pendant ses 3h30 à captiver le regard sans montrer le moindre signe d’essoufflement. Si vous avez du mal à vous frayer un chemin dans la jungle du cinéma bollywoodien ou si tout simplement vous n’êtes guères friands du genre, laissez vous tenter par ce Jodhaa Akbar fastueux et enchanteur … Vous risquez de vous surprendre à garder le sourire quelques heures encore après que sa majestueuse tenture se soit refermée …

L’édition de Jodhaa Akbar est déclinée en deux éditions DVD et une édition Blu-Ray qui reprend les suppléments de l’édition 3 DVD, qui comporte donc en plus des 10 scènes coupées, des entretiens avec les acteurs et l’équipe technique et des bandes annonces, un troisième dvd : Les cinémas indiens, du Nord au Sud. Réalisé par le critique de Positif Hubert Niogret, ce documentaire passionnant, d’une durée presque équivalente aux grandes fresques musicales, fait le tour de toute la richesse et l’éclectisme du cinéma indien, du cinéma populaire d’un bollywood au cinéma plus intellectualisé d’un Satjajit Ray. Dans les trois éditions, image et son restent à la mesure du foisonnement de couleurs et de parures : resplendissants.

Jodhaa Akbar (Inde, 2008) de Ashutosh Gowariker, avec Aishwarya Rai et Hrithik Roshan
Edité par Bodega Films(Sortie le 4 Décembre)

A signaler : Une projection exceptionnelle aura lieu le dimanche 30 novembre à 14h au Max Linder Panorama (avec entracte et traiteur indien sur place )

A propos de Olivier ROSSIGNOT

Laisser un commentaire