bandeau

 





 Çagla Zencirci & Guillaume Giovanetti - "Noor"

 Basil Da Cunha - "Après la Nuit (Até Ver La Luz)"

 Steven Moffat/Mark Gatiss – Sherlock (troisième saison) (Blu-Ray et DVD)

 Entretien avec Marcela Said, réalisatrice de "L'été des poissons volants"

 CLIO BARNARD – « LE GEANT EGOÏSTE / THE ARBOUR »

 Marcela Said - "L'été des poissons volants"

 Roman Polanski - "La Venus à la Fourrure" (2013, Blu-Ray & DVD)

 Jean Renoir - "La Règle du Jeu" (1939, reprise)

 Sophie Audier - "Les chèvres de ma mère"

 Giuseppe Tornatore - "The Best Offer"

 Sergio Garrone - "Horreurs nazies" (Artus)

 Hiner Saleem - "My sweet Pepperland"

 Terence Davies – "The Terence Davies Trilogy" (1976-83, DVD)

 Entretien avec N.Stanzick à l'occasion de la sortie de "Midi-Minuit fantastique" (Rouge Profond)

 Luis García Berlanga – "Le Bourreau (El Verdugo)" (1963)

 Amat Escalante – "Heli"

 Doris Buttignol et Carole Menduni - "No Gazaran"

 "Álex de la Iglesia, La passion de tourner" - Editions Rouge Profond

 Alexander Payne – "Nebraska"

 Pia Marais - "Layla"

Tous les articles Cinema

Cinema

Noboru Iguchi - "Tomie : Unlimited"

Hors Actu
Posté par Olivier Malosse le 2012-01-06



Image principale
Ouvrir
 
 

A l’ombre des têtes coupées de lycéennes en fleurs.



Je suis allée chercher le terreau de la séduction, pour couler mes racines de pots en pots, et les envoyer jusque dans vos coeurs emmurés.J’ai répandu mes spores comme autant de baisers, et parfois je joue à être gingembre, parfois bain de sang. Et alors, de tête en tête toutes à tourner, tous fous, jusqu’à ce que le vertige de ma coiffe et de ma mouche redessine la spirale d’Uzumaki en filigrane dans les pas d’une lycéenne, jusqu’à l’ivresse,  jusqu’au massacre annoncé...Il y aura des images d’empalement, des croix vengeresses venues du ciel pour saisir un instant les horreurs de la jeunesse et de la beauté, et un appareil photo,  rebondissant gaiement en déclenchant la prise de vue à chaque heurt, clic clic clic, kiri kiri. Il y aura mon visage dans les boîtes à bentô du lycée,  petits trésors nostalgiques dégustés entre amies (des idoles pop de groupes jetables et toujours ressuscités, comme Tomie). Et alors, enfin, je saisirai ma caboche et, multipliée à l’infini, en ferai des guirlandes de rire et de vengeance, et continuerai à m'insinuer dans les failles de votre quotidien pour resplendir sur tous ses écrans, et nous partirons ensemble, enfin, d’un grand éclat de sang.   


 
Tomie : Unlimited est le neuvième film de la série initiée en 1999, basée sur le manga à succès de Itô Junji, après plusieurs épisodes un peu tièdes et une agréable pelloche de  Shimizu Takashi, l’homme des Ju-On.  Une franchise difficile à haïr mais parfois un peu fadasse. Jusqu’ici.Le scénario suit toujours une trame balisée: Tomie est une adolescente étrange, d’une beauté démoniaque qui ensorcelle tous les mâles de son entourage et provoque la haine et la jalousie des autres filles. Les garçons en perdent tellement la tête qu’ils préfèrent lui couper la sienne, et finissent en général par trucider la demoiselle plutôt que de risquer de la perdre pour un autre... Mais Tomie est inusable et réapparaît peu après dans des circonstances mystérieuses, annonçant de nouveaux bains de sang.


 
Sur ce canevas un peu terni par le temps, Iguchi, sans révolutionner le genre, opère un sage mélange entre retour aux sources (fidélité extrême au matériau original, mettant la pédale douce sur le gore burlesque déployé dans son Machine Girl par exemple) et signature Sushi Typhoon : en effet, la créature Tomié se fond parfaitement dans l’apothéose jouissive des geysers de sangs et de la chair mouvante, mutante et sauvage qui caractérise le label, particulièrement cependant chez Nishimura (ici responsable des effets spéciaux) et ses Tokyo Gore Police et  Helldriver. On s’égare alors à imaginer vers quelles extrémités orgiaques celui-ci aurait pu pousser le film, mais cette version Iguchi-ci, un peu goguenarde, un peu “hentai” (avec son lot de langues tentacules et de coups de fouets), reste très recommandable, à quelques CGI disgracieux près, et marque l’arrivée remarquée de la touche Sushi Typhoon dans le cadre d’une j-horror presque classique.On s’en serait douté : cela ne ressemble pas vraiment à The Ring...


 
Si la deuxième moitié du film porte bien la patte Sushi Typhoon dans son déchaînement d’effets numériques et de créatures difformes, la première partie plus posée (bien qu’entrant rapidement dans le vif du sujet) évoque étrangement par quelques filtres, une musique naïve et son ambiance de lycée l’univers des films d’”idoles” des années 80 (comme ceux d’Obayashi Nobuhiko).Le film esquisse alors une attaque par l’acide de cette utopie lycéenne kawaii et infantile, et la projette dans le cauchemar des Tomie contemporaines, passage à un âge adulte à la sexualité agressive, où les jeunes filles les plus superficielles ne sont que les jouets d’une force malfaisante supérieure, qui jouit sadiquement de leur solitude. La reprise d’une série comme Tomie était donc un exercice délicat. Que faire, qu’apporter de nouveau à une franchise si installée, et qui de plus fait de la répétition le moteur même de ses cauchemars ? Eh bien rien, semble-t-il, Iguchi arrivant cependant à “répéter” ici le trouble originel du manga en soulignant et ravivant ses aspects les plus grotesques, et en nous rappelant que Tomie n’est pas une manifestation émotionnelle qu'on saurait apaiser: c’est une puissance omniprésente et éternelle, “illimitée”, qui n’a certainement pas fini de hanter le cinéma japonais.
(Nous attendons cependant qu’un courageux studio adapte au cinéma cette autre oeuvre plus récente de Itô, Yon to Mû, appartenant au genre très en vogue du “manga de chats” autobiographique, et où l’auteur et sa femme sont ensorcellés, un peu comme les victimes de Tomie, par deux mignons matous un peu louches … )





Share/Save/Bookmark 


Commentaires
Pas de commentaires pour le moment
Insérer un commentaire :
Nom ou pseudo :


Commentaire :


Veuillez entrer le mot Et dans la case ci-dessous:


 

 

Recherche sur le site

 

         Sorties salles
         Sorties DVD
         Hors Actu
         Entretiens
         Dossiers/Hommages



FERMER